Œuvres de l’auteur

sommaire saga retour


JÜTLANDLY

Le vent souffle sur les plages du Jütland,
Pour rafraîchir la mer et je divague,
Quand je pense être au Groenland,
Tellement j’ai froid dans les vagues,
Alors je sors de l’eau pour sécher,
Et je commence à courir sur le sable fin,
Avant que le froid puisse me rattraper,
Sous les yeux bleu ciel et chaleureux d’Odin.

Jütlandly,
Des trolls sont les presqu’îles,
Qui sont de taille infantile.
Jütlandly,
Tu es une géante qui accumule,
Des kilomètres qui t’ont fait péninsule.


Les plages sont toujours désertiques,
On ne voit jamais une foule de nageurs,
Pour plonger dans cet univers aquatique,
Il n’y a pas d’embouteillages dans le secteur,
Même ces belles cyclistes au pluriel,
Ne vont pas la transformer en un convoi,
Mais leurs chevelures au couleur du soleil,
Réchauffent mon cœur qui n’a plus froid.

Jütlandly,
Des trolls sont les presqu’îles,
Qui sont de taille infantile.
Jütlandly,
Tu es une géante qui accumule,
Des kilomètres qui t’ont fait péninsule.




233443 visiteurs depuis le 20 septembre 2003

et la saga des connexions continue...