Œuvres de l’auteur

sommaire saga retour


Supporters, supporters



LA MASCOTTE : LAURENT
LE HOOLIGANS : PIERRE
L ALCOOLIQUE : ROGER
L OPTIMISTE : ALAIN
LA SUPPORTRICE : BRIGITTE

Les cinq supporters sont dans les tribunes et ils encouragent leur équipe avant le match.

Les 5 supporters : Allez les jaunes et blancs, allez les jaunes et blancs.
Roger : J'ai acheté une bouteille de champagne. Nous allons la boire pour arroser notre victoire.
Brigitte : Roger je te trouve prétentieux pour fêter la victoire de Saint-Rémy des Champs sur le P.S.G. avant le début du match.
Roger : Ce n'est pas prétentieux de ma part, mais je préfère arroser la victoire avant le match plutôt qu'après. Et pour cause on est sûr de boire ce champagne de bon coeur et en ce qui me concerne, j'ai toujours extrêmement soif d'alcool . Je vais commencer à boire cette bouteille et je vais vous la faire passer.

Roger se met à boire.

Roger : Tiens Brigitte.
Brigitte : Merci.

Thierry se met à boire également.

Brigitte : Mais il ne reste plus rien dans cette bouteille.
Roger : Excuse moi, mais j'avais soif. Je croyais qu'il en resté encore un peu.
Alain : Moi en ce qui me concerne, j'aurai bien voulu boire du champagne pour arroser notre victoire sur le Paris Saint-Germain. J'ai le pressentiment que nous allons gagner ce soir et que nous allons nous qualifié pour ce match de coupe de France.
Brigitte : Je te trouve optimiste Alain.
Alain : Non, je suis réaliste. Je suis persuadé que nous allons créer une énorme surprise ce soir.
La mascotte : Les joueurs rentrent sur le terrain.
Les 5 supporters : Allez les jaunes et blancs, allez les jaunes et blancs.
Le hooligans : Pour moi qui suis quelqu'un d'extrême droite, je trouve cela scandaleux que nous ayons pour sponsor la C.G.T.
Brigitte : Si on a ce sponsor c'est parce qu'on ne marque plus en championnat. On fait donc la grève du but.
Le hooligans : Vivement qu'on marque des buts pour pouvoir changer de sponsor.
Roger : Le match commence.
Les 5 supporters : On va gagner, on va gagner.
La mascotte : Le P.S.G. vient de marquer le premier but.
Les 5 supporters : Ils vont perdre à Saint-Rémy des Champs, ils vont perdre à Saint-Rémy des Champs.
La mascotte : Le match commence très mal.
Le hooligans : C'est de ta faute.
La mascotte : Pourquoi tu dis ça ?
Le hooligans : Parce que tu es notre mascotte et que tu es censé nous porter chance. Je me demande si on aurait interêt à changer de mascotte.
Brigitte : Puisque tu as eu cette idée Pierre, ce serait à toi de te déguiser en gros poussin pour les prochains matchs. Peut être que tu nous portera chance.
Le hooligans : Pas question Thierry. J'aurai l'air fin déguisé en poussin.
La mascotte : Tu as raison, c'est moi qui porte la poisse. Et puis j'en ai assez d'être déguisé sous ce déguisement ridicule.
Roger : Ne te plains pas Laurent. D'ailleurs aux élections du club des supporters on a voté pour savoir lequel d'entre nous serait déguisé en poussin et tu as eu l'honneur d'être désigné à l'unanimité pour être notre mascotte.
La mascotte : Tu parles d'un honneur. Je suis le patron d'une grande société et si mes employés me reconnaîtraient sous mon déguisement ridicule, j'aurai l'air fin.
Alain : Vous êtes patron de quelle société ?
La mascotte : Cela ne vous regarde pas.

La tête du poussin tombe par terre ce qui a pour conséquence que l'on voit son visage.

Alain éclate de rire.


Alain : Je commence à comprendre pourquoi vous ne vouliez pas me dire dans quelle société vous travaillez. Mes respects Monsieur le Directeur.
La mascotte : Ecoutez Alain. Je vous promets une forte augmentation si vous ne dîtes absolument rien à vos collègues de travail, sinon vous êtes viré de ma société.
Alain : Promis je ne dirais rien. Je viendrais vous voir lundi matin dans votre bureau pour parler de mon augmentation.
Roger : On vient encore d'encaisser un but.
Alain : On va se ressaisir pour gagner le match.
Brigitte : Je te trouve optimiste Alain.
Alain : Il ne faut pas oublier que nous avons le meilleur buteur du championnat en la personne de Christian Van Hism. Il marque plus de cinquante buts par saison.
Thierry : Il est vraiment excellent ce joueur.
Alain : Non, il les marque contre son camp, ce n'est pas de sa faute il est Belge et il n'a rien compris aux règles du football. Mais ce soir il n'a pas encore marqué, c'est plutôt bon signe.
Roger : C'est sûr que l'on ne peut pas lui en vouloir, car il ne faut être raciste. Ce n'est pas de sa faute s'il est Belge.
Le hooligans : De toute façon on a trop d'étrangers dans l'équipe, ce joueur le prouve.
Alain : Van Hism vient encore de marquer un but contre son camp.
Le hooligans : Je commencé par croire qu'il était malade pour ne pas avoir marqué un but au bout de trente minutes de jeux.
La mascotte : Allez les gars. C'est le moment de les encourager.
Les 5 supporters : Allez Saint-Rémy des Champs, allez Saint-Rémy des Champs.
Roger : On vient encore d'encaisser un but.
La mascotte : Il faut dire que notre goal est surnommé le Pelé des gardiens de but.
Brigitte : Je suppose qu'il est surnommé comme ça parce qu'il est Noir.
La mascotte : Non, ce n'est pas pour ça. La raison est la suivante : Pelé a marqué plus de 1000 buts dans sa carrière, notre goal en a encaissé jusqu'à maintenant plus de 1100 buts depuis qu'il joue au football.
Le hooligans : Ce gardien de but n'est qu'un sale nègre.
Brigitte : Ne sois pas raciste Pierre. Et pourquoi il y a un ramasseur de balles dans la cage de notre gardien de but ?
La mascotte : C'est parce qu'il encaisse tellement de buts que cela le fatigue inutilement d'aller chercher le ballon dans ses propres filets.
Brigitte : Je comprend...
Roger : On vient encore d'encaisser un but.
Alain : Oui, mais on progresse pendant le match. Cela faisait au moins deux minutes que nous n'avions pas encaissé de buts.
Le hooligans : L'arbitre vient de siffler la mi-temps.
Roger : Je vais boire bière sur bière pour oublier la défaite.
Le hooligans : Il faut reconnaître que le score est de sept à zéro et que cela fait très mal.
Alain : Je suis certain que l'on va se ressaisir en seconde période. Je continue à penser que l'on va éliminé le Paris Saint-Germain.
La mascotte : Les dix mille hooligans du P.S.G. nous insultent, ils m'ont même traité de grosse peluche déplumé.
Brigitte : Ecoute Pierre tu es un dur. Tu dois leur cassé la gueule à toi tout seul à ses dix mille hooligans du Paris Saint-Germain pour sauver notre honneur.
Le hooligans : Mais ils sont plusieurs milliers. Qu'est ce que tu veux que je fasse tout seul contre eux ?
Brigitte : Dégonflé.
Le hooligans : Je ne suis pas un dégonflé. La preuve si c'était des Juifs ou des Communistes, ce serait avec plaisir que je leur casserais la gueule à plusieurs milliers d'entre eux, mais ce sont des Nazis comme moi.
Brigitte : Peut être... Mais ce sont des supporters du P.S.G. et ils nous ont même insultés.
Roger : Il a raison. Si tu ne te bats pas contre eux, on dira aux autres supporters que tu es un dégonflé.
Le hooligans : Puisque mon honneur est en jeu, je vais leur casser la gueule.
Brigitte : Très bien. Roger au lieu de boire comme un égoïste. Donne lui une bière pour qu'il soit en forme pour se battre.

Roger lui donne une bière et le hooligan le boit cul sec.

Le hooligans : Je vais leur casser la gueule pour sauver l'honneur de Saint-Rémy des Champs.

Le hooligans s'en va pour se battre contre les supporters du Paris Saint-Germain.

La mascotte : La baston a commencé. Joli ce petit crochet du gauche.
Roger : J'ai l'impression que Pierre a quand même de légers problèmes...
Alain : Vous croyez qu'il va leur casser la gueule à ses milliers d'hooligans du P.S.G. ?
Roger : C'est plutôt mal parti, car il dérouille.
Brigitte : J'ai l'impression que la baston est déjà terminée...

On aperçoit un monstre arrivé vers eux.

Les 4 supporters : Au secours les gars. Voilà Frankeistein.


Le hooligans : Mais non c'est moi. Vous ne me reconnaissez pas, je suis Pierre.
Alain : Est ce que tu leur a cassé la gueule ?
Brigitte : C'est une question débile, il est complètement défiguré.
La mascotte : Si je m'étais battu contre eux, je leur aurai foutu une raclée à ta place.
Le hooligans : Va te battre contre eux, toi qu'es si malin.
La mascotte : Je ne veux pas me battre parce que je suis pudique et s'ils me déplument, j'aurai l'impression d'être tout nu.
Alain : Le match vient de recommencer.
Les 5 supporters : Allez les jaunes et blancs, allez les jaunes et blancs allez les...
Roger : On vient encore d'encaisser un but. Il faut se ressaisir.
Alain : Tu as raison. Même si le Paris Saint-Germain est bien parti pour mener quinze à zéro à une seconde de la fin du match. Tant que l'arbitre n'aura pas arrêté le match, je continue à garder espoir.
Le hooligans : Tu crois vraiment aux miracles, on va se ramasser une raclée.
La mascotte : D'autant plus que l'on vient encore d'encaisser un but.
Brigitte : Cela va nous faire de la publicité à Saint-Rémy des Champs. Tel que c'est parti, demain on va faire la une des journaux.
Alain : Tu as raison, il faut voir le bon côté des choses. Nous qui nous plaignons que notre village n'est pas assez touristique, je suis sûr que demain, on aura beaucoup de curieux qui viendront à Saint-Rémy des Champs.
Brigitte : Oui, cela me rappelle le dix sept à zéro qu'on a encaissé contre Monaco l'année dernière en coupe de France. Les gens venaient dans notre village, nous avions plus d'un millier de touristes qui éclataient de rire en regardant les villageois et ils voulaient absolument voir notre stade pour prendre des photos de façon à se moquer de nous. Tel que c'est parti nous allons de nouveau être la risée de toute la France.
Le hooligans : Comme je suis défiguré et que je ressemble à un monstre. Je m'attends dès demain à être fusillé de photos comme si j'étais une bête curieuse.
Roger : On vient encore d'encaisser un but.
La mascotte : Peut être mais ils ne sont pas terribles leurs buts.
Roger : Peut être mais ils mènent onze à zéro.
La mascotte : On a enfin une occasion. Pourvu qu'il marque, pourvu qu'il marque. Il y est...

Les cinq supporters sautent de joie et se congratulent.

Alain : Courage les gars. Il ne reste plus que dix buts à marquer au Paris Saint-Germain pour égaliser.
La mascotte : Ce but est un bel exploit. L'honneur de Saint-Rémy des Champs est sauvé et c'est grâce à moi. Vous voyez que je porte chance à notre équipe.
Roger : Il a marqué trois buts en un seul tir.
La mascotte : Mais non. Tu as trop bu et c'est d'ailleurs la raison pour laquelle tu louches et que tu vois trois lucarnes ainsi que trois ballons.
Les 5 supporters : Allez Saint-Rémy des Champs, allez Saint-Rémy des Champs.
Le hooligans : Je sais pas ce que vous en pensez les gars, mais je trouve qu'il est plus flatteur de marquer un beau but que onze buts de raccrocs.
Thierry : Tu as raison Pierre. Tais toi on a le ballon dans le camps du P.S.G., mais quel dommage Christian Ponet tire n'importe où. On vient de louper une belle occasion.
La mascotte : J'ai l'impression que le ballon va aller dans les tribunes.
Alain : Ce n'est pas qu'une impression, le ballon vient sur nous.
Roger : Je vois un objet volant non identifié, cela doit être une soucoupe volante. Au secours... Les extra-terrestres nous envahissent.
La mascotte : Toi tu devrais arrêter de boire. Je crois que tu as largement assez bu comme ça.

Le ballon arrive dans les tribunes.

Le hooligans : On a récupéré le ballon.
La mascotte : C'est à moi de renvoyer le ballon sur le terrain pour porter chance à l'équipe.
Le hooligans : Vas-y. Fais un shoot.

La mascotte met le ballon devant lui et il donne un grand coup de pied dedans.

Brigitte : Whoaw, quel shoot. Mais c'est pas vrai, il est au fond des filets du P.S.G., tu viens de marquer un but.

Les supporters sautent de joie et se congratulent.

Le hooligans : C'est pas vrai. Cet enfoiré d'arbitre ne valide pas le but.
Roger : Au Paris Saint-Germain il paye les arbitres, c'est bien connu. Je ne vois pas pourquoi il ne valide pas le but, tu n'étais pas hors jeu sur l'action.
Alain : L'arbitre met la balle en touche à l'endroit où le ballon était sorti pour aller dans les tribunes.
Les 5 supporters : Aux chiottes l'arbitre, aux chiottes l'arbitre.
Roger : C'est pas vrai le P.S.G. vient de marquer un but et l'arbitre le valide.
Brigitte : Je commence à comprendre pourquoi on perd. On joue à onze contre quatorze en comptant l'arbitre et les deux juges de touche. C'est scandaleux le match est truqué.
Les 5 supporters : A bat Paris, à bat Paris.
Le hooligans : Les supporters du Paris Saint-Germain arrivent vers nous, ils ont l'air agressifs.
Les 5 supporters : Allez Paris, allez Paris.
Alain : On a eu chaud. Ils ont l'air calmés.
La mascotte : L'arbitre vient de siffler la fin du match.
Alain : On a perdu douze à un. Mais rassurez vous, je suis prêt à parier que l'on fera mieux la prochaine fois.
Le hooligans : Evidemment qu'on fera mieux, car on ne peux pas faire pire. Il n'y a pas besoin d'avoir des dons de voyance pour prédire cela.
La mascotte : Le match est fini. Venez les gars, on s'en va.

Les cinq supporters s'en vont en chantant " on fera mieux la prochaine fois ", " on fera mieux la prochaine fois ". Une fois qu'ils sont partis, la saynète est terminée.



233443 visiteurs depuis le 20 septembre 2003

et la saga des connexions continue...