Œuvres de l’auteur

sommaire saga retour


Sortilèges maléfiques

Une vieille sorcière,
Qui est une mégère,
Grâce à son élixir d’amour,
Veut retrouver pour toujours,
Son ancien fiancé,
Qu’elle veut ensorceler,
Grâce à sa potion,
Elle veut sa possession,
Elle fabrique un breuvage,
A l’aide de plusieurs herbages,
Elle attend que la pleine lune cesse,
Pour de nouveau revoir ses fesses,
Car demain au petit jour,
Elle retrouvera son amour,
Grâce à son rituel d’antan,
Elle prie bien sûr Satan.

COEURS EN LATIN : TRADUCTION :
Gloria tibi Satanae, Gloire à toi Satan,
Qui inferi deus es, Qui est le Dieu de l’enfer,
Te obsecro et te oro, Je te supplie et te prie,
Meam violentam precationem audire, D’écouter ma violente prière,
Exsilü princeps es, Tu es le prince de l’exil,
Atque nigrarum missarum rex, Et le roi des messes noires,
Ut tuum dexterum brachium te adoro, Je t’adore comme ton bras droit,
Ô Belzébuth, Ô Belzébuth,
Tenebrarum princeps, Prince des ténèbres,
Audi illud sacrum cantum, Ecoute ce chant sacré,
Alicujus qui mutus est, De quelqu’un qui est aphone,
Utinam mea precatio exauditur, Que ma prière soit exaucé,
Aut incensum sim, Ou que je sois brûler,
In gelida aqua. Dans de l’eau glacé.


La sorcière veut éliminer,
L’amie de son bien-aimé,
Grâce à une haine vorace,
Et à un certain rapace,
Qui est très chouette,
Les sorts elle les jette,
Contre celle qui l’a remplacé,
Alors elle veut l’ensorceler,
Mais ce n’est pas demain la veille,
Que son ennemie sera vieille,
Car elle ne se souvient pas des méditations,
Qui accompagne sa potion,
Mais grâce à son chaudron de fer,
Elle veut l’envoyer en enfer,
Elle fait son rituel d’antan,
Pour prier son adoré Satan.

COEURS EN LATIN : TRADUCTION :
Gloria tibi Satanae, Gloire à toi Satan,
Qui inferi deus es, Qui est le Dieu de l’enfer,
Te obsecro et te oro, Je te supplie et te prie,
Meam violentam precationem audire, D’écouter ma violente prière,
Exsilü princeps es, Tu es le prince de l’exil,
Atque nigrarum missarum rex, Et le roi des messes noires,
Ut tuum dexterum brachium te adoro, Je t’adore comme ton bras droit,
Ô Belzébuth, Ô Belzébuth,
Tenebrarum princeps, Prince des ténèbres,
Audi illud sacrum cantum, Ecoute ce chant sacré,
Alicujus qui mutus est, De quelqu’un qui est aphone,
Utinam mea precatio exauditur, Que ma prière soit exaucé,
Aut incensum sim, Ou que je sois brûler,
In gelida aqua. Dans de l’eau glacé.


Elle croit ses pouvoirs immenses,
Mais cela n’a pas de sens,
Elle me fait penser à ce lutin,
Qui regardait un nain,
En le trouvant géant,
La sorcière prend un talisman,
Qui lui a porté malheur,
Car des gens vengeurs,
L’ont bien sûr fait brûler,
Sur un malheureux bûcher,
Et cette vieille femme,
Est morte dans les flammes,
Elle ne s’est pas réveillée dépaysée,
Au pays des démons et des farfadets,
Il ne vous arrive pas du bien c’est normal,
Quand on ne fait que le mal.




233380 visiteurs depuis le 20 septembre 2003

et la saga des connexions continue...