Œuvres de l’auteur

sommaire saga retour


Mon mec est mieux que le tien



L'ami de barbara : HELENE
l'ami d'hélène : BARBARA
LE PETIT AMI : JEROME
LA PETITE AMIE DE JEROME : CLAIRE


Hélène : Salut Barbara. Comment vas-tu ?
Barbara : Salut Hélène. Je vais très bien et toi ?
Hélène : Ca va pour le mieux, surtout que depuis quelques jours j'ai rencontré l'amour de ma vie.
Barbara : Moi aussi figures toi, j'ai enfin rencontré l'homme parfait.
Hélène : A quoi ressemble t'il cet homme parfait ?
Barbara : Il est grand, brun avec des yeux noirs. J'adore son regard, je le trouve magnifique.
Hélène : Le mien est peu comme le tien physiquement. Qu'est ce qu'il doit être beau pour ressembler à mon mec.
Barbara : Tu sais qu'il est expert comptable. Il est loin d'être idiot, il a une bonne situation.
Hélène : Ca tu peux le dire. Il doit en avoir dans la tête pour exercer une telle profession.
Barbara : Oui et en plus de ça, il pratique beaucoup de sports, c'est un grand sportif.
Hélène : Ah bon. Qu'est ce qu'il exerce comme sport ?
Barbara : Il fait du judo, du golf et du tennis.
Hélène : Sans parler du sport en chambre avec toi.
Barbara : Ah, ah, ah. C'est bien ce que je disais, c'est un grand sportif et le mec que tu viens de rencontrer, il fait aussi du sport lui aussi ?
Hélène : Oui, il pratique certaines activités sportives, mais je sais pas trop lesquelles exactement, car j'ai oublié ce qu'il m'a dit à ce sujet et pour cause, je ne m'intéresse pas aux sports.
Barbara : C'est vrai que le sport et toi, ça fait deux.
Hélène : Tu as raison, Barbara.
Barbara : Et ton mec, il s'intéresse à quoi en dehors du sport ?
Hélène : Il adore l'astrologie.
Barbara : Comme le mien, il m'a appris à apprécier les étoiles. Quand nous étions seul, tous les deux en pleine nuit et qu'à l'aide de sa lunette astrologique, il m'apprenait à reconnaître les étoiles. C'était très romantique, tu ne peux pas savoir jusqu'à quel point j'étais heureuse.
Hélène : Mon mec m'apprend aussi l'astrologie, j'adore ça.
Barbara : Oui, c'est une passion contagieuse.
Hélène : A qui le dis tu ?
Barbara : Et à part ça, il s'intéresse à quoi ton mec ?
Hélène : Il adore la chimie. Il fait régulièrement des expériences.
Barbara : Tiens comme c'est curieux, le mien aussi il s'intéresse à la chimie. En ce qui me concerne, ses expériences ne me passionnent pas, mais cela prouve que c'est un scientifique et c'est tout en son honneur.
Hélène : Tu as raison. Je trouve cela plutôt bien lorsqu'un homme s'intéresse à ce genre de science. Ca prouve qu'il a quelque chose entre les deux oreilles.
Barbara : Tu m'étonnes. Cela prouve qu'ils ne sont pas idiots nos mecs.
Hélène : Je sais que ce n'est peut être pas modeste de dire ça, mais qui se ressemble s'assemble. Ca prouve que ne sommes pas des idiotes.
Barbara : Voilà qui ai parlé. Je partage tout à fait ton point de vue.
Hélène : Tu sais que mon mec est un grand croyant, il va tous les dimanches à la messe.
Barbara : Le mien il y va sans moi. Ca me gonfle tellement ce genre de cérémonies religieuses.
Hélène : Moi en ce qui me concerne, je l'accompagne de temps en temps à l'église. Cela lui fait tellement plaisir.
Barbara : Tu dois vraiment être amoureuse pour faire ce genre de sacrifice, surtout quand on sait jusqu'à quel point, tu es quelqu'un de athée.
Hélène : Oui pour lui, je ferais n'importe quoi.
Barbara : Même ça je ne l'aurais pas pensé. Tu sais que mon mec adore les voyages, il a même été aux Etats-Unis.
Hélène : Le mien aussi, il a été dans ce pays, il y a de ça trois ans.
Barbara : Comme le mien. Décidément ils ont beaucoup de choses en commun. Tu sais qu'il a chez lui le drapeau américain, ainsi que la carte des Etats-Unis.
Hélène : Comme le mien. Il a ça aussi dans son appartement.
Barbara : Peut être... Mais mon mec est mieux que le tien, car il a un superbe appartement sur les Champs-Elysées.
Hélène : Le mien aussi. Tu crois qu'ils sont voisins.
Barbara : C'est possible après tout.
Hélène : Quoi qu'il en soit, ils ont du fric nos mecs.
Barbara : C'est pas étonnant, car ils ont fait de longues études et qu'ils ont une bonne situation.
Hélène : Mon mec ne possède pas seulement un appartement sur les Champs-Elysées, il a également une superbe villa à Deauville.
Barbara : Le mien aussi il a une maison en Normandie, mais je ne sais plus dans qu'elle ville, il faudra que je lui demande où se trouve sa villa, car j'ai oublié.
Hélène : Mon mec est la personne la plus fidèle qui soit. Tu sais qu'il est incapable de me tromper.
Barbara : Le mien est également très fidèle, il ne regarde pas les autres femmes.
Hélène : Tu en as de la chance. Mais comment s'appelle cette perle rare ? Tu ne m'as pas dit comment il s'appelle.
Barbara : Il se prénome Jérôme.
Hélène : Comme le mien. Et son nom de famille c'est quoi ?
Barbara : Il s'appelle Jérôme Letélier.
Hélène : C'est pas possible, le mien aussi s'appelle Jérôme Letélier.
Barbara : T'es sûr qu'il est fidèle ton mec ?
Hélène : Je commence à me poser la question.
Barbara : Tiens le voilà avec une autre femme.
Hélène : Ce n'est pas ton mec, c'est le mien.
Jérôme : Bonjour Barbara. Salut Hélène. Mais qu'est ce que vous faîtes ici mes chéries ?
Barbara : Et toi qu'est ce que tu fais avec cette pétace ?
Jérôme : Cette pétace comme tu dis s'appelle Claire et je suis heureux de vous présenter ma nouvelle fiancée, car j'ai le regret de vous annoncer Barbara et Hélène, qu'entre nous c'est fini.
Barbara : Tu m'avais promis de m'être fidèle.
Jérôme : Et bien je t'ai menti, ainsi qu'à Hélène. Salut les pétaces, je vais emmener Claire au cinéma, on a mieux à faire que de rester avec vous.
Claire : Jérôme collectionne les femmes et je suis sa plus belle pièce de collection.
Barbara : Adieu le dragueur. Tu ne vaux pas un regret.
Hélène : Adieu Don Juan et que je ne te revois plus.
Jérôme : Adieu les filles.

Jérôme et Claire s'en vont.

Barbara : J'ai enfin compris pourquoi nos deux mecs avaient tant de point en commun.
Hélène : Oui, moi aussi. Je t'invite ce soir au restaurant pour qu 'on n'oublie nos désillusions sentimentales.
Barbara : J'accepte ton invitation, mais j'oublierai rapidement Jérôme, car ce mec ne vaut pas un regret.
Hélène : Tu as raison, allons au restaurant.
Barbara : Allons y.

Les deux femmes avancent et elles sortent du décor théâtral.




233443 visiteurs depuis le 20 septembre 2003

et la saga des connexions continue...