Œuvres de l’auteur

sommaire saga retour


UN GRAND HOMME DE 1,73 METRES

Mon grand-père était ma seule famille,
A lui tout seul et je suis vraiment fier,
Qu’au milieu de ces gens de pacotilles,
D’avoir été éclairé par cette lumière,
Sa clarté a ébloui toute ma vie,
Et elle ne pourra jamais s’éteindre,
Le jour est moins lumineux que mes nuits,
Dans le noir je n’ai rien à craindre.

Un grand homme de 1 mètre 73,
Mon grand-père était de petite taille,
Mais c’est dur de lui arriver à la cheville,
Et au milieu de ces nombreuses canailles,
Il restera le géant de cette famille.


Ce sont les meilleurs qui s’en vont,
Et toi bien sûr tu es parti le premier,
La nostalgie me donne le bourdon,
D’avoir perdu le grand-père que j’aimais,
Surtout qu’il était trop jeune pour mourir,
Cet homme avait su garder une âme d’enfant,
A 8 fois 10 ans on ne peut pas vieillir,
Donc il n’est pas mort à quatre-vingts ans.

Un grand homme de 1 mètre 73,
Mon grand-père était de petite taille,
Mais c’est dur de lui arriver à la cheville,
Et au milieu de ces nombreuses canailles,
Il restera le géant de cette famille.


Il savait m’entendre sans ma diction,
Je n’avais pas besoin de lui parler,
Pour qu’il comprenne le petit garçon,
Qui restera sa plus grande fierté,
Il m’avait offert pour son enterrement,
Un merveilleux cadeau en héritage,
C’était des mots écrits sur son testament,
Pour me rendre un merveilleux hommage.

Un grand homme de 1 mètre 73,
Mon grand-père était de petite taille,
Mais c’est dur de lui arriver à la cheville,
Et au milieu de ces nombreuses canailles,
Il restera le géant de cette famille.


Il vit au milieu de beaux paysages,
Où il fait beau même les jours de pluie,
Mon grand-père vit au-dessus des nuages,
Son souvenir est le soleil qui m’éblouit,
N’étant pas amnésique je lui ai offert,
Des chrysanthèmes qui ne peuvent se faner,
Quand mes larmes les inondent plus que la mer,
Toi l’aîné qui nage au large du cadet,
Etant mort cardiaque avec un cœur usé,
A force d’avoir beaucoup trop aimé.



233443 visiteurs depuis le 20 septembre 2003

et la saga des connexions continue...