Œuvres de l’auteur

sommaire retour

ferme


LA HAUTE-COUR DE LA FERME

THEATRE POUR ENFANTS




N° DEPOT S.A.C.D. : 204999

LA HAUTE-COUR DE LA FERME

MAJESTIC : Le coq

GERTRUDE : La poule

CLARISSE : L’oie

DOCK : Le canard

SOULIASSE : La dinde

FERDINAND : Le renard

RAOUL : Le vieux paysan


La Haute-Cour de la ferme


On aperçoit un canard, une poule, un coq, une dinde et une oie. Le coq sonne à la porte de la maison du fermier.

Raoul : Nom de Diou ! Qui c’est ?

Majestic : Ouvres, Père Raoul ? C’est mouais, le Père Majestic !

Le vieux paysan ouvre la porte de sa maison.

Raoul : Pourquouais, tu vins chez mouais avec toute la basse-cour ?

Majestic : J’aimerai ben mieux que tu dises la Haute-Cour. C’est plus majestueux…

Raoul : D’accord, Père Majestic ! Mais j’aimerais ben que tu répondes à ma question…

Majestic : Dame. On vint chez touais parce qu’on a peur…

Gertrude : Oui, même très peur…

Raoul : Comme il pleut, tu ressembles ben à une poule mouillée… Ah, ah, ah !

Gertrude : Ah, ah ! (Rire vexé). Très drôle…

Majestic : Pour en revenir aux choses sérieuses, on a ben peur du renard…

Raoul : Je sais ben. Et dire que le pauvre Médor est mort de vieillesse…

Gertrude : Il n’y a plus personne pour nous protéger…

Raoul : Si ! Il reste le bon gros Mistigri.

Dock : Quoi ! Ce feignant ! Mais il dort tout le temps…

Clarisse : Je le vois ben plus souvent attaqué des mésanges que des renards…

Raoul : Mouais, je sais. Ce n’est qu’un chat…

Souliasse : Il faut faire quelque chose pour nous…

Raoul : J’ai p’têt ben une idée ?

Souliasse : Ah, oui ! Laquelle ?

Raoul : Je vais construire un poulailler !

Dock : C’est une ben bonne idée ! Comme ça, le renard ne pourra point nous attaquer…

Raoul : Il ne pourra plus le faire ! Vous pouvez me faire confiance…

Dock : On sait ben qu’on peut compter sur toi…

Raoul : Je vais aller construire l’enclos…

Dock : Merci, Père Raoul !

Le vieux paysan ferme la porte de sa maison et il sort.

Majestic : J’espère que le poulailler sera costaud, comme mouais !

Gertrude : Père Majestic ! Arrête de te vanter…

Dock : Ne l’écoute point ma poule, tu sais ben qu’il est vantard…

Majestic attrape le canard par le col.

Majestic : Tu oses l’appeler ma poule ! Je te trouve ben familier…

Dock : Je ne peux point l’appeler ma cane ou ma grosse dinde, c’est une poule…

Majestic relâche le canard.

Majestic : C’est ben vrai. Je suis trop jaloux !

Dock : C’est ben de le reconnaître…

Majestic : Je suis toujours inquiet quand ta cane n’est point-là…

Dock : Elle a ben le droit d’aller au Festival de Cannes…

Majestic : Qui se ressemble, s’assemble…

Dock : Oui, elle aime ben le cinéma.

Majestic : Je lui ai acheté un cadeau ! Je vais te le donner pour que tu lui offres…

Dock : Un cadeau ! C’est gentil, Père Majestic…

Majestic : Je vais le chercher.

Dock : Merci beaucoup !

Le coq sort du décor théâtral.

Dock : C’est un bon gars !

Gertrude : Quand il veut, il est ben gentil…

Dock : Qu’est-ce que cela peut-être ? Un collier, une bague ou peut-être ben un tableau ?

Gertrude : Patience. Tu vas bientôt le savoir…

Le coq revient en tenant dans ses bras un cadeau. Il s’approche de Dock et il lui tend son présent.

Majestic : Tins ! C’est pour ta cane…

Dock : Merci, ben ! Je peux l’ouvrir ?

Majestic : Pour sur ! Sinon tu l’ouvriras en cachette…

Gertrude : C’est ben vrai… Vas-y ! Ouvre-le !

Dock : Merci.

Le canard enlève le papier cadeau et il découvre une canne.

Les autres : Ah, ah, ah !

Dock : Quoi ? Une canne ! Tu t’es ben foutu de mouais !

MajesticNe le prends point mal…

Dock : Je ne vais point le lui offrir, sinon elle pourrait ben sans servir, lorsque je rentre un peu bourré...

Souliasse : T’as ben raison, c’est plus prudent…

Gertrude : C’est ben vrai. Les deux cannes risquent de devenir copines…

Souliasse : Regardez ! Voilà le Père Raoul ! (Elle le montre du doigt).

On aperçoit le fermier qui revient sur scène en tenant un poulailler.

Clarisse : Il ne vint point les mains vides…

Souliasse : Alors, le Père Raoul ! Vous avez déjà construit l’enclos ?

Clarisse : Vous n’avez point perdu de temps, mon gars !

Raoul : Je suis un bon bricoleur. Je construis vite et ben…

Le vieux paysan pose le poulailler par terre.

Raoul : J’ai mis au fond de cet enclos tous vos objets. Vous pourrez ben en avoir besoin…

Souliasse : Merci, Père Raoul !

MajesticJ’ai envie d’essayer le poulailler…

Raoul : Vas-y ! Rentre dedans, ma poule !

MajesticJe ne suis point une poule ! Mais un coq, un vrai…

Raoul : Excuse mouais, mon gars ! J’oubliais que t’es ben susceptible…

Le coq pénètre dans le poulailler.

MajesticJe le trouve ben spacieux. On va ben dormir dedans. Thank you, Père Raoul !


Raoul : Tu parles anglais maintenant ! V’la autre chose…

MajesticLe voisin a adopté un colley. Ce chien écossais m’a appris quelques mots…

Souliasse : Quel crâneur ! T’aimes ben sortir ta science…

Clarisse : Même le paon est moins frimeur que touais lorsqu’il fait la roue…

MajesticVous venez ?

Gertrude : On arrive, Père Majestic !

On aperçoit la poule qui pénètre à son tour dans le poulailler.

Gertrude : Nom de Diou ! J’ai ben l’impression d’être un serin dans une cage…

Raoul : Tu as dit le mot « serein ». Ce n’est point une coïncidence ! Vous allez tous être serein pour dormir…

La dinde pénètre à son tour dans le poulailler.

Souliasse : C’est point ben grand !

Gertrude : Tu vins, Mère Clarisse ?

Clarisse : J’arrive. Vins, Père Dock !

L’oie rentre dans le poulailler avec le canard.

MajesticÇa vous plaît ?

Clarisse : Il est ben…

Dock…spacieux !

Souliasse : Mouais, je le trouve ben étroit…

MajesticCe n’est point étonnant, tu n’es qu’une grosse dinde…

Gertrude : C’est ben vrai. Tu prends toute la place à touais toute seule…

Souliasse : Tu veux un coup de poing ? Ce sera une dinde aux marrons…

Gertrude : Non, je préfère attendre Noël pour en déguster…

Les autres : Ah, ah, ah !

Souliasse : J’ai ben l’impression d’être le dindon de la farce…

Gertrude : Pourquouais, le dindon ? Tu es la dinde de la farce…

Raoul : La Mère Gertrude a toujours le mot pour rire ! Vous avez ben raison d’être point angoissés, car vous allez passer la nuit en sécurité…

Clarisse : Ça tombe ben, elle va bientôt tomber…

Raoul : Oui, il est temps que je vous enferme…

Le Père Raoul ferme la porte du poulailler.

Clarisse : Merci, ben !

Raoul : De rin. Bonne nuit, les volailles !

Les volailles : Bonne nuit, Père Raoul !

Le fermier sort en laissant les volailles dans l’enclos.

DockOn pourra ben dormir cette nuit…

Gertrude : Je n’en suis point sûr…

Souliasse : Qu’est-ce que tu veux dire par là ?

Gertrude : Regardez la lune !

MajesticQu’est-ce qu’elle a ?

Gertrude : Elle est toute ronde…

MajesticC’est ben vrai. C’est la pleine lune et après ?

Gertrude : On risque de voir un renard-garou…

Clarisse : Plus personne ne croit à ces sérénades à part touais !

DockLe Mère Gertrude est pourtant plus âgée que nous…

Clarisse : Et elle croit encore aux histoires de renard-garou…

On aperçoit Ferdinand le renard qui arrive sur scène.

MajesticRegardez ! C’est le Père Ferdinand !

Les volailles : Oh ! (Crie de stupeur).

DockJ’ai peur ! Peu-eu-eur ! (Il bégaye).

Gertrude : Qui est le chef de cette basse-cour ?

DockC’est le coq !

Gertrude : Prouve que t’es ben un gars courageux…

DockJe suis ben content d’être un canard…

MajesticT’es ben certaine que c’est le coq ?

Souliasse : Tout le monde le sait, sauf touais…

Clarisse : D’habitude, tu aimes ben rappeler que c’est touais, le chef ! Tu dois être amnésique…

MajesticBon, très ben ! Tu n’as point intérêt à t’approcher de ma basse-cour, sinon tu auras affaire à mouais…

Le renard s’approche du poulailler.

FerdinandQu’est-ce que tu vins de dire la volaille ? (Voix agacée).

Majestic : Mouais, he rin, charmant Ferdinand ! Comme disait la Mère Clarisse, je suis amnésique…

FerdinandMouais, j’ai une ben bonne mémoire et c’est touais que je vais manger en premier…

Le renard essaye d’ouvrir la porte du poulailler.

FerdinandLa porte est ben fermée, mais elle ne me résistera point…

Le renard s’acharne de toutes ses forces pour essayer de l’ouvrir.

FerdinandCette porte est ben trop solide…

DockHeureusement que le Père Raoul est un sacré bricoleur…

FerdinandJe vais partir, mais… je vais revenir !

DockC’est ça ! Fout le camp…

Clarisse : Père Ferdinand ! Tu n’es qu’une andouille…

FerdinandIls m’insultent ! En plus…

Gertrude : Tu n’es qu’un sac à poil !

Souliasse : Tu l’as ben rembarré, la Mère Gertrude !

FerdinandVous serez moins téméraires, quand je pénètrerai dans l’enclos…

Majestic : T’y arriveras point. Le roi de la basse-cour, c’est le coq ! Et le coq, c’est mouais…

Clarisse : Tu as retrouvé la mémoire ?

Majestic : Oui et comment ! Tu dégages le Père Ferdinand ou tu verras à qui t’auras à faire…

FerdinandTouais, tu feras moins le fier tout à l’heure…

Majestic : Qu’est-ce que tu vas me faire ?

FerdinandJe vais te dévorer en buvant un verre de rouge. Le coq au vin, c’est excellent…

Le coq se baisse, il ramasse un ver de terre et il se relève aussitôt.

FerdinandQu’est-ce que tu fais, Père Majestic ?

Majestic : J’ai trouvé un ver de terre.

Clarisse : Le veinard ! On le partage ?

Majestic : Point question ! J’adore ces petites friandises. C’est bon-bon…

Le coq mange le ver de terre.

FerdinandLe dégoûtant ! J’ai déjà moins faim. Tu me coupes l’appétit…

Majestic : Hum ! C’est bon !

Clarisse : Bon, ça va ! On a compris…

FerdinandOui, il dégoûte tout le monde…

Clarisse : …Par son égoïsme !

DockJe préfère voir le Père Majestic se régaler, plutôt que le renard…

Souliasse : C’est ben vrai ! Je n’ai point envie de finir comme le ver de terre…

FerdinandPeut-être, mais… chacun voit son intérêt et le mien, c’est celui de mon ventre !

Gertrude : Grâce au poulailler, tu ne pourras point nous manger…

FerdinandPoint si sûr ! J’ai ben envie de rentrer à l’intérieur…

On aperçoit le renard agacé qui s’approche à nouveau du poulailler et il essaye de l’ouvrir en secouant la porte.

FerdinandBon Diou ! C’est ben vrai que c’est du solide !

DockJ’ai ben du chagrin de voir un renard affamé…

Gertrude : Hou, hou, hou ! (Elle pleure d’une façon moqueuse). C’est ben triste !

FerdinandProfitez-en pour vous moquer ! Vous verrez ben qui rira le dernier…

Souliasse : Pour l’instant, c’est nous qui rions et ça ne changera point !

FerdinandOn voit ben que vous ne me connaissez point…

Clarisse : J’ai ben envie de faire une bataille de boule de neige !

SouliasseQu’elle est bête celle-là ! On est au Printemps !

DockRéfléchit, Mère Clarisse ! On ne peut point faire une bataille de boule de neige, sans neige. C’est ben difficile…

Clarisse : Il n’y en a point, mais je vois des graviers…

Les volailles se baissent.

FerdinandBou Diou ! Qu’est-ce que vous faîtes ?

Toutes les volailles se relèvent et elles jettent des graviers sur Ferdinand.

Majestic : Ça répond ben à ta question…

FerdinandAïe ! Mais ! Vous me faîtes mal !

Gertrude : Tant mieux !

FerdinandJe vais partir, mais…

On aperçoit le renard qui part en courant.

Majestic : On n’est point prêt de revoir le Père Ferdinand…

Gertrude : Ce saligaud a ben prit une bonne leçon !

Gertrude : Ce gourmand voulait nous manger. Le pauvre gars, il a ben été reçu…

Majestic : Mais il s’est régalé, figure-toi…

Gertrude : Bah, non ! Il nous a point mangés !

Majestic : Pour sûr ! Mais il a avalé des graviers…

DockOn aurait ben du lui souhaiter « bon appétit » !

Les volaillesAh, ah, ah !

Clarisse : Bou Diou ! On passe une bonne soirée !

SouliasseTout le monde ne peut point en dire autant…

Majestic : Le renard est tellement en colère qu’il est parti fou de rage !

DockIl n’a point de chance, surtout qu’il n’a mordu personne…

Clarisse : Ce n’est pas ben de se moquer des gens qui ont faim…

SouliasseS’il n’avait point faim, tu ne pourrais point dire une idiotie pareille…

Clarisse : Ça dépend ! Il est peut-être ventriloque ? T’es tellement bête que je suis ben sûr que t’as rin compris, la Mère Gertrude !

Gertrude : C’est celui qui dit, qui est ! La Mère Clarisse, t’es bête comme une oie…

Clarisse : C’est normal, j’en suis une ! Tu ne t’attendais point à une réponse aussi intelligente…

Gertrude : C’est ben vrai que tu as une sacrée répartie !

Clarisse : L’expression : « bête comme une poule » n’existe point. C’est ben dommage…

Gertrude : Tes réflexions, tu les gardes pour touais…

Majestic : Arrêtez de vous quereller ! Profitez plutôt de la lune et des étoiles…

DockJe ne te savais point poète !

Majestic : Ça t’en bouche un coin ?

DockOui, ça m’en bouche un coin-coin !

Majestic : Vous ne me connaissez point ben…

Gertrude : Mouais, je le savais…

Majestic : C’est normal. T’es ma poule…

Gertrude : Je n’aime que touais ! T’es le coq de ma vie…

On entend subitement des bruits de pas.

Majestic : Vous avez ben entendu ?

DockBen sûr ! J’entends quelqu’un marcher.

Clarisse : Au secours ! C’est Ferdinand !

Gertrude : J’en ai la chair de poule !

DockMouais aussi !

Gertrude : Oui mais touais, t’es un canard !

Majestic : J’ai peur !

On aperçoit arriver le Père Raoul sur scène.

SouliasseFausse alerte ! C’est le Père Raoul…

Le vieux paysan s’approche du poulailler.

Raoul : J’espère qu’avec ce solide poulailler, vous n’avez point peur…

Majestic : Ça ne risque point !

Clarisse : Il ne manquerait plus que ça…

Gertrude : Il faudrait être des poules mouillées pour avoir peur et il ne pleut point…

DockOn se sent ben en sécurité !

Raoul : Est-ce que vous avez vu le Père Ferdinand ?

Clarisse : Je n’en ai point le souvenir !

DockMais si ! Rappelle-toi, Mère Clarisse ! Il est venu nous voir…

SouliasseIl faut dire que cela nous a point marqué…

Raoul : C’est que vous avez ben confiance dans ce poulailler…

Gertrude : C’est ben vrai…

Majestic : Tu as un sacré talent de bricoleur !

Raoul : Merci, Père Majestic ! Tu me fais ben rougir…

Gertrude : Tu es doué, Père Raoul ! J’aurais tellement aimé avoir un coq bricoleur…

Majestic : Tes commentaires, tu les gardes pour touais…

Gertrude : Ne sois point susceptible !

Majestic : Si tu continues à critiquer mes bricolages, je vais fabriquer une machine à déplumer les poules…

Gertrude : Nom de Diou ! Je vais être toute nue !

Majestic : Ça ne me dérange point ! Je ne suis point jaloux…

DockComme tu seras déjà déplumée, le Père Raoul gagnera du temps pour la cuisson…

Gertrude : Oh ! C’est ben scandaleux !

Majestic : Ça t’apprendra à me critiquer…

Gertrude : S’il fait froid, je risque ben d’attraper la grippe…

Clarisse : Si tu as de la fièvre en couvant tes poussins, tu risques de couver des œufs coqs…

SouliasseTes oisons seront à point pour être mangés…

Gertrude : Oh ! La méchante dinde !

Majestic : Tu ne vois point qu’on plaisante ?

Gertrude : Ah ! Je préfère ça…

Raoul : Puisque vous n’avez point peur, je vais me recoucher…

Les volaillesBonne nuit, Père Raoul !

Raoul : Bonne nuit, les volailles !

On aperçoit le vieux paysan avancer et il finit par sortir de scène.

SouliasseHeureusement que le Père Raoul ne s’est point aperçu qu’on a peur, sinon il aurait ben pris ça pour une insulte…

Majestic : Et il nous aurait pris pour des poules mouillées…

Clarisse : Même la Mère Gertrude n’aurait point eu d’excuses, comme il ne pleut point…

SouliasseBen, oui. C’est une question d’honneur !

GertrudeOui, mais il faut reconnaître qu’on a peur…

DockC’est ben dommage que la police ne passe plus dans la région…

Majestic : J’ai des cousins qui sont policiers, mais ces poulets préfèrent verbaliser les automobilistes que de protéger les pauvres citoyens !

SouliasseCe sont point des bons gars ! Heureusement que ce poulailler est ben solide, mais le Père Ferdinand est malin comme un renard…

DockC’est normal ! C’en est un…

Clarisse : Oh ! Ce n’est point possible !

MajesticQu’est-ce que tu as vu, la Mère Clarisse ?

Clarisse : Regardez au loin ! Le Père Ferdinand discute avec un corbeau !

GertrudeJe le vois ! Le corbeau tint un fromage dans son bec.

SouliasseC’est point croyable ! Je n’avais jamais vu un corbeau rouge !

Clarisse : Le Père Ferdinand doit lui faire des compliments…

SouliasseLe fromage vint de tomber !

DockIl se moque du corbeau !

MajesticC’est un malin ! Avec ce gars-là, il faut toujours être ben prudent…

GertrudeSi le corbeau avait été à l’école, il connaîtrait la fable et il ne se serait point fait avoir…

Clarisse : C’est ben vrai. Il est vraiment bête !

DockEt c’est une oie qui dit ça…

Clarisse : Tu n’es qu’un sale canard !

DockJe ne peux point être sale. Je me lave dans la petite mare tous les jours. Tout le monde ne peut point en dire autant…

MajesticPourquouais, tu me regardes comme ça ?

DockTu ne te laves jamais, Père Majestic…

MajesticCe n’est point de ma faute, si je ne sais point nager… Mais quand il pleut, je me lave et il y a ben des averses en Normandie…

Clarisse : Si tu vivais sur la Côte d’Azur, tu sentirais aussi bon qu’une boule puante…

MajesticJe ne te permets point…

On entend tout à coup des bruits de pas.

SouliasseVous avez ben entendu ?

DockCoin ? Pardon, quoi ?

SouliasseCe sont des bruits de pas !

DockEt alors ? Ce poulailler, c’est du solide ! Le Père Raoul est un ben bon bricoleur…

MajesticLe Père Ferdinand peut venir quand il veut… Il ne nous fait point peur !

On aperçoit le renard qui surgit et il arrive sur la scène en tenant dans ses mains un pied-de-biche.

MajesticJ’ai peeeeur !!!

GertrudeT’es toujours ben courageux, quand il n’y a point de danger…

DockMais quand il y en a, tu es ben le plus lâche d’entre nous…

MajesticTouais, ça va ! Je n’aime point tes commentaires…

FerdinandVous avez sûrement aussi peur que j’ai ben faim…

SouliasseTu nous mangeras point !

FerdinandRegardez ce pied-de-biche… Il est ben gros ! Avec ça, je pourrai même démonter un château…

Clarisse : Bou Diou ! J’espère que le Père Raoul est un sacré bricoleur !

SouliasseMouais aussi…

Le renard s’approche du poulailler et il essaye de l’ouvrir avec son pied-de-biche.

GertrudeJ’ai peeeeeur !!!

Les autres volaillesNous aussiiiiiiii !!!

FerdinandArrêtez de crier comme ça ! Vous me déconcentrez…

MajesticTu fais ben de nous le dire…

GertrudeSacré ben Diou ! On va te perturber…

FerdinandSilence ! J’ai dit…

SouliasseJ’ai ben envie de fredonner une chanson !

DockIl n’en est point question ! Il ne faut point déconcentrer, le Père Ferdinand…

MajesticQuel hypocrite, celui-là !

SouliasseOui, il veut ben dire que je chante mal…

MajesticMais, non ! Tu chantes ben mieux qu’un rossignol…

SouliasseAlors, je vais chanter…

DockNe déconcentre point, le Père Ferdinand !

SouliasseMerci ! Ça fait ben plaisir…

MajesticNe te vexe point, la Mère Souliasse !

Majestic s’agenouille devant la dinde.

MajesticChante ! Siou plaît…

SouliasseNom de Diou ! Tu es un fan !

MajesticN’exagérons rien…

SouliasseEt ben, je vais chanter : « J’irai revoir ma Normandie ».

FerdinandElle est coriace cette porte !

Souliasse : « Quand tout renaît à l’espérance ». (Elle chante faux).

Le renard laisse tomber le pied-de-biche et il se bouche ensuite les oreilles.

Souliasse« Et que l’hiver fuit loin de nous ». (Elle chante faux).

Ferdinand se sauve en courant et on le voit sortir de scène.

Souliasse« Sous le beau ciel de notre France, quand le soleil revient plus doux ». (Elle chante faux).

MajesticArrête de chanter ! Ça ne sert plus à rin. Le Père Ferdinand est parti…

SouliasseJe croyais ben que t’étais un fan…

MajesticOui, j’en étais un…

SouliasseQuel goujat !

DockRegardez le renard courir !

Clarisse : A mon avis, il n’est point prêt de revenir…

GertrudeIl part l’estomac vide, mais les oreilles pleines…

MajesticPauvre, Père Ferdinand ! Il doit être ben traumatisé…

SouliasseJ’ai une ben bonne nouvelle à vous annoncer !

Clarisse : Ah oui, laquelle ?

SouliasseJe vais faire un concert pour le grand plaisir de mes fans !

GertrudeMais ! Tu n’en as point…

SouliasseJe revins…

La dinde s’en va au fond du poulailler pour chercher des lunettes noires et elle rejoint ensuite les autres volailles.

GertrudeSacré ben Diou ! Pourquoi as-tu mis des lunettes noires ?

SouliasseDevine ? Je suis ben une star !

Clarisse : Mais ! T’es complètement folle ?

SouliasseTaisez-vous ! Le concert commence : « Il était un petit navire qui n’avait jamais navigué. Oh hé, Oh hé ». (Elle chante faux).

Toutes les volailles se jettent sur Souliasse, elles l’immobilisent et elles l’empêchent de chanter.

MajesticJe vais chercher une p’tite bouteille de calva !

DockPourquouais ?

MajesticÇa va ben la faire dormir ! Elle ne supporte point l’alcool…

Le coq s’en va chercher une bouteille de calva au fond du poulailler et il revient.

MajesticLe Père Raoul laisse toujours une ben bonne bouteille. Je savais ben qu’il y en avait une dans ce poulailler…

Le coq s’approche de Souliasse et il la force à boire du calva, pendant que les autres la tiennent.

Les volailles : « Fais dodo, Colas mon petit frère, fais dodo, t’auras du lolo ». (Elles chantent).

Le coq arrête de faire boire la dinde et il lui retire la bouteille de calva.

MajesticÇa va ben, la Mère Souliasse ?

SouliasseOui, ça va ben ! Nom de Diou ! Je vois dans l’espace une soucoupe volante qui se fait poursuivre par un loup-garou !

GertrudeT’es ben la seule à assister à ce spectacle…

ClarisseSi tu veux mon avis, Père Majestic ? Tu lui as donné trop de calva…

MajesticIl fallait ben que je l’empêche de chanter…

DockC’est ben vrai ! Tu n’avais point le choix…

MajesticJe me culpabilise un peu, mais c’était ben un cas de force majeur…

Clarisse : Elle a quand même ben trop bu…

La dinde se remet à chanter, pendant qu’elle continue de dormir.

Souliasse« J’irai revoir ma Normandie, c’est le pays qui m’a donné le jour ». (Elle chante faux).

Clarisse : C’est de ta faute, Père Majestic ! Cette grosse dinde n’a point assez bu…

MajesticNom de Diou ! Tu disais qu’elle a ben trop bu et maintenant, tu dis le contraire !

Clarisse : J’ai ben le droit de changer d’avis…

DockElle a ben raison ! Un p’tit coup de calva, ça ne peut point faire de mal…

Le coq prend la bouteille de calva, il s’approche de Souliasse, il s’accroupit et il lui fait de nouveau boire une gorgée.

MajesticÇa y est ! Elle dort pour de bon…

On entend la dinde qui se met à ronfler.

GertrudeC’est quand même plus harmonieux que de l’entendre chanter…

MajesticC’est ben vrai.

Clarisse : On n’est point prêt de revoir, le Père Ferdinand…

GertrudeLe pauvre gars ! Il doit être ben traumatisé...

MajesticJ’aimerais ben ne plus jamais revoir ce gars-là…

DockC’est ben dommage qu’on n’ait point de boule de cristal…

Clarisse : Non, mais j’ai ben quelque chose qui pourrait faire l’affaire !

DockC’est ben vrai, la Mère Clarisse ?

Clarisse : Tu vas voir…

L’oie s’en va chercher un œuf au fond du poulailler et elle revient vers les autres volailles.

MajesticC’est point une boule de cristal !

Clarisse : Non, mais cet œuf est fragile comme du cristal…

GertrudeÇa c’est sûr ! Si tu le fais tomber, t’auras point d’oisons…

Clarisse : Taisez-vous ! Ne me déconcentrez point…

Clarisse examine l’œuf de très près.

Clarisse : C’est ben surprenant !

DockQu’est-ce que tu vois ?

Clarisse : Il n’y a point de Père Ferdinand dans mon œuf de cristal !

MajesticOn ne le reverra plus jamais ?

Clarisse : Non, plus jamais !

On aperçoit le renard qui arrive sur scène en train de courir, il passe devant le poulailler et il sort aussitôt de scène.

MajesticJe croyais ben qu’on ne le reverrait plus…

GertrudeT’es point une voyante, la Mère Clarisse !

Clarisse : Tout le monde peut ben se tromper…

GertrudeSurtout touais…

Clarisse : Je vais me rattraper ! Je vois la venue d’une vieille dame qui sera ben sympathique et en qui, on pourra avoir confiance...

DockPourquouais, elle doit venir nous voir ?

Clarisse : Elle va se perdre dans le coin.

Dock : L’avenir nous dira, si tu as ben raison…

GertrudeQu’est-ce que tu vois d’autres ?

Clarisse : Rin d’autre.

SouliasseAïe ! Nom de Diou ! Qu’est-ce que j’ai mal !

GertrudeQu’est-ce qu’y t’arrive ?

La dinde se réveille et elle se relève en se tenant la tête.

SouliasseJ’ai ben mal à la tête !

MajesticC’est ben normal ! Avec tout ce que t’as bu…

GertrudeMouais, j’ai une rage de dent !

DockT’en ai ben certaine ?

GertrudePour sûr que oui !

MajesticJe ne vois point comment tu pourrais avoir mal aux dents, puisque tu n’en as point !

DockC’est point possible ! Cela t’arrivera que le jour où les poules auront des dents…

GertrudeTu ne l’avais point prédit, Mère Clarisse…

Clarisse : Ah, bah ça ! Je ne pouvais point le prévoir…

DockPour une voyante, t’as point de bons yeux…

Clarisse : Ah, ah ! (Rire vexé).

GertrudeTu ne voyais point que je te faisais marcher ?

DockBravo, Mère Gertrude ! Ta plaisanterie nous a ben fait rire…

Clarisse : J’ai encore ben des progrès à faire…

MajesticOui, des sacrés progrès…

GertrudePeut-être que tu n’es pas si nulle que ça et que la vieille dame va venir ?

MajesticMouais, je m’attends plutôt à voir un jeune poussin…

Clarisse : Tu fais ben de parler de poussin…

L’oie prend l’œuf dans ses mains et elle se met à lui parler.

Clarisse : Touais ! Je vais t’apprendre à me ridiculiser… Je te prédis une grosse fessée ! Cette prédiction va se réaliser ! Fais-moi confiance…

DockIl n’a rin fait, le pauvre !

MajesticC’est ben vrai. Tu t’es ridiculisée toute seule…

L’oie s’en va reposer l’œuf dans le fond du poulailler et elle rejoint ensuite les autres volailles.

SouliasseT’en fais une tête !

GertrudeElle a l’air ben vexé !

Clarisse : C’est point vrai.

SouliasseTu es de mauvaise foi, Mère Clarisse !

GertrudeCelui qui mangera ton foie gras pour Noël va se régaler ! Il est ben énorme…

Clarisse : Je préfèrerais encore me faire dévorer toute crue que d’entendre vos commentaires…

SouliasseJ’aimerais ben souhaiter « bon appétit » au Père Ferdinand…

DockPour une fouais, il nous rendrait ben service…

Clarisse : Snif ! Vous tenez si peu à mouais !

GertrudeNe pleure point ! Tout le monde tint ben à toi…

SouliasseOn plaisante ! Ne le prend point mal…

Clarisse : C’est ben gentil de me le dire, mais je le savais ben…

MajesticAlors ! Bou Diou ! Pourquoi tu pleures ?

Clarisse : Je pleure de rire !

MajesticLa mauvaise foi continue ! Je comprends pourquoi le foie gras des oies est si apprécié des gourmets…

DockFoie de canard ! T’as ben raison…

Clarisse : Foie d’oie ! T’as ben tort…

MajesticArrêtez de vous quereller ! Regardez la lune ! Comme elle est belle…

GertrudeCoq chéri ! Comme tu es romantique !

MajesticAdmirez toutes ces étoiles !

GertrudeJ’aime ben quand tu parles comme ça !

MajesticJe ne suis point romantique ! Je fais diversion pour que le Père Dock et la Mère Clarisse arrêtent de se disputer… (Il murmure à l’oreille de la poule).

GertrudeJe me disais ben que c’était trop beau pour être vrai… Un romantique ! (Elle lève les yeux au ciel). Je suis ben déçu…

MajesticJe suis ben un coq intelligent…

GertrudeT’es ben le seul à le penser…

DockTu as changé de sujet pour que j’arrête de me chamailler avec la Mère Clarisse et c’est touais qui te dispute avec la Mère Gertrude !

Gertrude : Ah, ça ! Pour être intelligent ! Il est intelligent…

Clarisse : Au lieu de te quereller avec la Mère Gertrude, regarde plutôt la lune. Comme elle est ben belle !

DockAdmire aussi les étoiles !

MajesticJ’ai l’impression qu’ils se moquent de mouais…

SouliasseMais, non ! Tu te fais ben des idées…

On entend tout à coup un énorme bruit.

Gertrude : Qu’est-ce qui se passe ?

Clarisse : J’espère que ce n’est point le retour du Père Ferdinand…

MajesticÇa m’étonnerait ! Malin comme il est, ce renard a ben dû comprendre que ce poulailler est ben trop solide et qu’il n’arrivera point à l’ouvrir…

DockT’en es ben certain ?

Majestic : Ben sûr. On n’est point prêt de le revoir…

ClarisseRegardez les volailles ! Je vois ben une ombre là-bas !

DockJe suis sûr que c’est le Père Ferdinand…

SouliasseIl a dû se blesser. Il marche avec une canne !

DockIl a ben de la chance ! Mouais, je suis presque un canard célibataire…

SouliasseMais non, idiot ! Je parle d’une canne pour marcher et non point de la femme du canard…

DockJe ne risque point de tomber amoureux d’un morceau de bois…

MajesticJe te comprends ben… Si c’était une jolie cane sexy avec de jolies plumes et un ruban sur la tête, j’en connais un qui serait ben content…

DockC’est ben vrai…

Gertrude : Une dame ben ridée avance vers nous !

MajesticElle a l’air ben vieille ! On dirait l’ancêtre de ma grand-mère…

Gertrude : Ne parle point si fort ! Tu risquerais ben de la vexer…

MajesticNe t’inquiète point ! Tu n’as rin à craindre. Elle doit être sourde…

Clarisse : Cette vieille dame vint vers nous, mais elle n’avance point vite !

Gertrude : Ça c’est sûr ! J’ai vu trois tortues et cinq escargots la doubler…

DockC’est point une rapide…

SouliasseTais-touais, Père Dock ! Elle arrive…

On aperçoit la vieille dame qui avance doucement vers le poulailler.

La vieille dameBonjour, jeunes gens !

DockSalut, la vieille !

Gertrude : Nom de Diou ! C’est une vieille dame ! Un peu de respect, quand même…

DockOh, pardon !

La vieille dameCe n’est rin ! Je comprends la jeunesse d’aujourd’hui…

Gertrude : C’est ben aimable à vous de pardonner ce malotru !

La vieille dameIl y a ben pire que lui, croyez-moi…

MajesticDame. Vous pensez à qui ?

La vieille dameJ’ai croisé un renard. Ce saloupiaud m’a insultée !

MajesticUn renard ! Nom de Diou ! C’est le Père Ferdinand !

Clarisse : J’espère que vous ne vous êtes point laissé faire par ce gougnafier…

La vieille damePour sûr que non ! J’ai pris mon sac à main et j’ai corrigé ce sac à poil !

Les volaillesAh, ah, ah !

MajesticC’est ben drôle. Vous lui avez cassé la goulle !

La vieille dameC’est ben vrai. Ce n’est point parce que j’ai un pied dans le cercueil qu’il faut marcher sur l’autre…

DockSurtout que vous en avez ben un troisième ! Votre canne…

Gertrude : C’est ben vrai. Les coups de bâton, ça fait ben mal…

La vieille dameCe renard en sait quelque chose…

ClarisseVous n’avez point l’air d’aimer ce saligaud…

La vieille dameJe le déteste !

SouliasseInsultez-le ! Cela vous fera du ben…

La vieille damePourquouais ?

Gertrude : Ça soulage d’insulter le Père Ferdinand…

La vieille dameJ’ai ben trop d’éducation pour dire des gros mots…

MajesticLaissez-vous aller ! Ça fait du ben…

La vieille dameAïe !

MajesticBon Diou ! Qu’est-ce qu’il vous arrive ?

La vieille dameOuille ! Je me suis ben mordue la langue !

ClarisseÇa va t’y, Mère Madame ?

La vieille dameAïe ! J’ai ben mal !

Gertrude : Dame ! Puisque vous ne pouvez point l’insulter, on va le faire à votre place…

ClarisseSale renard poilu !

MajesticA mouais. Grosse peluche carnivore !

DockA mon tour. Renard-garou de la pleine lune !

SouliassePoil de renard !

Gertrude : Le renard se promène à poil habillé d’un manteau de fourrure ! Renard poilu, renard tout nu !

Les volaillesAh, ah, ah !

La vieille dame se lèche les babines.

SouliasseVieille dame. Pourquouais, vous vous léchez les babines ?

La vieille dameNom de Diou ! Je me régale quand vous insulter le Père Ferdinand !

Gertrude : Vous vous êtes ben mordue la langue, mais les nôtres sont ben pendues…

ClarisseOn a des langues de vipères…

La vieille dameC’est ben vrai, mais c’est le Père Ferdinand qui a le venin…

SouliassePourquouais, vous dîtes ça ?

La vieille dameP’têt ben que je le traite de criminel…

MajesticC’est ben vrai. Il a récemment tué trois poulets.

DockIl a assassiné des canes et ça, je ne lui pardonnerai point…

La vieille dameC’est un méchant ! Mouais aussi, je le déteste…

Gertrude : Comme nous tous…

La vieille dameJ’ai de ben bonnes raisons de le haïr, car il a tué des volailles dans ma ferme. Je veux les venger…

ClarisseVous avez une idée ?

La vieille dameJ’ai ben mieux que ça, j’ai un plan…

MajesticRacontez-nous votre projet…

La vieille dameJe le veux ben, mais il faut que je vous le chuchote à l’oreille…

MajesticPourquouais ?

La vieille dameLe Père Ferdinand pourrait ben nous entendre…

MajesticC’est ben vrai. Je vous ouvre la porte…

Le coq ouvre la porte du poulailler pour que la vieille dame pénètre dans l’enclos.

MajesticEntrez, donc !

La vieille dameMerci.

La vieille femme pénètre dans le poulailler.

DockDame. Expliquez-nous votre plan...

La vieille damePoint tout de suite ! J’ai faim…

Gertrude : Ça tombe ben, j’ai du grain. Je vais vous en offrir !

La poule s’approche de la vieille dame et elle lui met du grain dans sa main.

Gertrude : Tenez ! Vous allez vous régaler ! C’est du bon…

La vieille dameC’est point bon ! Je n’aime point ça !

Gertrude : Vous êtes ben difficile…

ClarisseElle préfère peut-être ben le maïs ? Je vais lui en apporter…

La vieille dameCe n’est point la peine... Pwoua ! C’est point bon !

ClarisseVous n’aimez point le maïs ?

La vieille dameJe n’aime point ça et cela ne nourrit point son… renard !

MajesticComment ça ? Un renard !

La vieille dameVous allez comprendre bande d’oies idiotes…

ClarisseIl n’y a ben qu’une oie ici et c’est mouais…

La vieille dameMais des idiots, il y en a beaucoup…

La vieille dame enlève ses cheveux et son masque, on reconnaît alors Ferdinand.

MajesticLe Père Ferdinand ! On est tombé dans un guet-apens !

FerdinandOui, c’est mouais ! Je me suis déguisé en vieille dame… Le menu m’a l’air ben copieux !

Gertrude : Je suis ben trop maigre pour être mangée…

FerdinandJe ne suis point de cet avis ! Je te trouve ben rondelette et ben appétissante…

Le renard prend le sac à main du déguisement de la vieille dame, il en sort une serviette qu’il se met autour du cou et il prend ensuite une fourchette et un couteau.

FerdinandJe vais commencer par touais, la Mère Clarisse ! Je vais manger du pâté d’oie en entrée…

MajesticIl n’en est point question ! Je vais la défendre…

Le coq sort un couteau.

FerdinandTu ne me fais point peur... Tu veux faire un combat de coq avec un renard ?

MajesticAllez ! Viens, mon gars ! Si tu l’oses…

Le renard jette sa serviette et sa fourchette par terre, il s’approche ensuite du coq. Majestic et Ferdinand commence à se battre en ayant chacun un couteau dans les mains.

ClarisseAllez, Père Majestic ! T’es ben le plus fort !

SouliasseTu es le gars d’Artagnan et nous sommes les quatre mousquetaires !

Majestic blesse brusquement Ferdinand à l’aide de son couteau et ce dernier tombe par terre.

MajesticJ’ai gagné ! Je suis ben le meilleur !

Le renard est allongé par terre et il se tord de douleur.

FerdinandOuille et aïe ! J’ai ben mal !

Gertrude : Il vit encore ! Il faut l’achever…

MajesticIl n’en est point question ! On n’achève point un renard à terre…

FerdinandSiouplaît ! Aidez-moi !

MajesticNe rêve point ! Je ne ferai jamais ça…

FerdinandSi vous m’aidez, vous ne le regretterez point…

MajesticPourquouais ?

FerdinandJe veux ben devenir votre ami…

Souliasse : On ne te croit point…

ClarisseMouais, je le crois !

DockT’es ben naïve, la Mère Clarisse !

Gertrude : Je comprends ben l’expression : « bête comme une oie »…

ClarisseC’est vous qui êtes bête ! Je suis ben certaine que le Père Ferdinand est sincère…

Gertrude : Nom de Diou ! T’es ben complètement folle !

ClarisseNon, je sais ben ce que je fais…

L’oie avance jusqu’au fond du poulailler, ensuite elle prend une boîte et elle revient en tenant dans ses mains une armoire à pharmacie.

MajesticTu ne vas quand même point le soigner ?

ClarisseEt pourquoi point ?

SouliasseSi tu fais ça, il va nous tuer…

ClarisseJe suis ben certaine que non !

Clarisse se baisse sur le renard, elle ouvre ensuite l’armoire à pharmacie. L’oie en sort un pansement et une bouteille d’alcool à 90, après elle ouvre le flacon.

ClarisseJe te préviens, Père Ferdinand ! Ça va faire ben mal…

L’oie verse une partie de la bouteille d’alcool à 90 dans la plaie du renard.

FerdinandAïe !

ClarisseJe t’avais ben prévenu. Maintenant, il faut désinfecter la plaie…

L’oie jette la bouteille par terre, elle prend ensuite un pansement qu’elle colle sur le renard.

ClarisseVoilà, c’est fait ! Ça va t’y, Père Ferdinand ?

FerdinandÇa va déjà mieux, mais j’ai encore ben mal ! 

ClarisseC’est normal, il faut du temps pour que le vilain bobo s’en aille…

FerdinandMerci, Mère Clarisse ! J’ai pour touais une reconnaissance éternelle…

MajesticT’es ben un hypocrite !

FerdinandC’est point vrai. Je suis sincère ! Cette oie m’a sauvé la vie et je ne l’oublierai point…

Gertrude : T’es point sincère !

FerdinandBen sûr que si et je vais vous le prouver…

Le renard se lève, il s’approche de Majestic, il l’attrape et il le tient. Ensuite Ferdinand approche ses crocs de son cou.

Gertrude : Méchant ! Tu vas le tuer ?

FerdinandSi je voulais le faire, personne ne pourrait point m’en empêcher…

DockPersonne ?

FerdinandIl n’y a qu’un seul gars qui peut l’empêcher de mourir et cette personne, c’est mouais !

DockTu ne vas point le tuer ?

FerdinandPromis…

Le renard relâche Majestic qui s’en va rejoindre la poule.

Gertrude : Diou soit loué ! J’avais tellement peur…

FerdinandJe n’ai point tué le Père Majestic, alors que c’était ben facile pour mouais de le faire. J’espère ben que vous croyez maintenant en ma sincérité…

SouliasseTu vas partir ?

FerdinandNon, je vais rester ici…

SouliassePourquouais faire ?

FerdinandPour ben vous protéger ! La Mère Clarisse m’a sauvée la vie et j’ai une dette envers elle…

Gertrude : Mais ! On a le poulailler…

FerdinandC’est ben vrai. Mais c’est quand même ben plus agréable de dormir à la belle étoile…

ClarisseDétruisons le poulailler !

FerdinandOui, mais comment ?

MajesticLe Père Raoul a une hache dans sa grange. Je vais la chercher…

Le coq avance jusqu’à la grange et il revient rapidement avec la hache.

Gertrude : T’as trouvé ?

MajesticA ton avis ? Ce que j’ai dans les mains, ce n’est point un cure-dents…

FerdinandBou Diou ! Cassons le poulailler ! On n’en a plus besoin…

MajesticSi tu veux ben m’aider ! Tins !

Le coq donne la hache à Ferdinand.

FerdinandMerci. T’es un bon gars !

Le renard donne des grands coups de hache dans le poulailler qui s’effondre complètement.

MajesticCe poulailler n’est plus qu’un souvenir…

On aperçoit le Père Raoul arriver sur scène, alors Ferdinand se cache derrière un morceau de bois.

Gertrude : Vous êtes déjà debout ! Vous ne faîtes point la grasse mâtinée ?

Raoul : Avec vous, ça ne risque point…

MajesticCocorico !

Raoul : Ce n’est plus la peine de chanter. Tu ne réveilleras plus personne…

MajesticT’es ben matinal, Père Raoul !

Raoul : Avec tout le raffut que vous faîtes, ce n’est point étonnant…

ClarisseT’as point l’air de bonne humeur !

Raoul : C’est ben vrai. Nom de Diou ! Où est le poulailler ?

ClarisseOn l’a détruit !

Raoul : Ne comptez point sur mouais pour en construire un autre…

DockOn n’en a plus besoin !

Raoul : Comment ça ? Plus besoin ?

DockCe poulailler ne servait plus à rin…

SouliasseEt tu auras du bois pour le feu…

Raoul : J’espère que le Père Ferdinand va venir vous manger…

DockÇa ne risque point !

Raoul : Pourquouais ? Il est mort ?

DockIl est ben en forme au contraire, mais…

Raoul : Mais, quouais ?

DockIl est devenu notre ami !

Le renard sort de sa cachette.

FerdinandJe suis devenu l’ami de cette basse-cour !

Raoul : Pourquouais ?

FerdinandLa Mère Clarisse m’a sauvé la vie. J’ai ben décidé de protéger les volailles !

Gertrude : La mère Clarisse, j’aimerais ben te dire quelque chose…

ClarisseQuoi ? Quoi ?

DockC’est ben une faute de grammaire. On ne dit pas « quoi, quoi », mais « coin, coin »…

ClarisseQue voulais-tu me dire, la Mère Gertrude ?

Gertrude : Avant on disait : « bête comme une oie ». Maintenant on dira : « intelligent comme une oie »…

ClarisseJe te remercie pour ce compliment !

MajesticTu le mérites ben, car tu nous as réconciliés avec le Père Ferdinand…

SouliasseIl est ben devenu le plus gentil des renards…

Raoul : Est-ce que vous voulez que le Père Ferdinand reste à la ferme ?

Les volaillesOuiiiiiiiiii ! (Elles hurlent).

Raoul : Père Ferdinand ! J’ai l’honneur de t’informer que tu es le premier renard de garde !

Gertrude : Tu es aussi noble qu’un roi, Ferdinand 1er !

FerdinandUn roi est toujours ben entouré de nobles et vous êtes la Haute-Cour de la ferme !

Les volailles font la révérence au renard.



Fin

The End




233379 visiteurs depuis le 20 septembre 2003

et la saga des connexions continue...