J'aime la Scandinavie pour la vie
Voyage en drakkar pour aller en Scandinavie
…

sommaire odin retour

L'expédition de Thor au pays des géants


Thor a la barbe rouge était le plus fort de tous les Ases, le dieu le plus grand de l'Asgard. En outre, il possédait une ceinture merveilleuse qui, une fois bouclée, doublait sa taille et ses forces.
Son marteau s'appelait Mjollnir, car il pouvait broyer ses ennemis comme la meule d'un moulin broie le grain. Quand il le lançait au loin, le marteau frappait droit au but et revenait aussitôt dans la main de son maître.
Thor était l'ami des hommes et le protecteur des paysans et des artisans. Il était l'ennemi impitoyable de toute la race des géants, toujours en guerre à la fois contre les dieux et contre les hommes. On disait d'eux, qu'à la fin des temps ils envahiraient l'Asgard elle-même et détruiraient le monde entier.
Les géants vivaient au Jotunheim, le pays des géants, qui s'étend au-delà des montagnes, au bout du monde. Leur roi s'appelait Loki et vivait dans la cité d'Utgard. Pour le distinguer de Loki le dieu, on lui donnait le nom d'Utgardloki.
On raconte qu'un jour. Thor décida de défier Utgardloki dans son propre pays. Il partit donc de l'Asgard dans son chariot traîné par deux chèvres. Il était accompagné du dieu Loki, le plus rusé et le plus malin de tous les Ases.

Tous deux voyagèrent longtemps et arrivèrent un soir à une ferme où on les logea pour la nuit. Pour dîner, Thor abattit ses chèvres, les dépouilla et mit la viande à cuire dans une marmite. Ensuite, il invita le fermier, sa femme et leurs enfants à partager leur repas. Ils acceptèrent de bon cœur, mais Thor leur demanda de prendre garde de n'égarer ni de briser aucun des os ; ils devaient au contraire les rassembler et les poser sur les deux peaux de chèvre qu'il avait étendues sur le sol.
Le lendemain matin, laissant les chèvres derrière eux, Thor et Loki poursuivirent leur route vers l'est et le pays des géants, et le jeune Thialfi les accompagna.
Au bout de quelque temps, ils arrivèrent à une grande forêt. Ils y marchèrent jusqu'à la tombée de la nuit, puis ils cherchèrent un abri. Ils finirent par trouver une très grande salle avec, à l'une de ses extrémités, une porte aussi large que la salle elle-même. Il semblait n'y avoir personne dans les parages, aussi s'intallèrent-ils confortablement, puis ils s'allongèrent pour dormir.
Pendant la nuit, cependant, ils furent éveillés par une terrible secousse, semblable à celle qui précède un cataclysme : le sol tremblait sous eux et toute la salle vibrait. Thor bondit sur ses pieds et cria à ses compagnons de se sauver. Ils coururent se réfugier dans un petit bâtiment annexe, sur lequel donnait la salle principale ; et Thor, croyant que les géants se trouvaient au-dessus d'eux, resta dans l'entrée avec son marteau, prêt à se défendre. Ils attendirent ainsi jusqu'à l'aube.
Le matin, Thor sortit et vit un homme étendu, endormi dans la forêt. Il était de taille gigantesque et ses ronflements ébranlaient la terre et faisaient ployer les arbres de telle sorte que leurs branches du haut touchaient presque au sol.

" Voilà donc la cause de notre si pénible nuit ! " s'exclama Thor, et il boucla sa ceinture bien serrée, saisit son marteau et le brandit pour frapper.
Mais juste à ce moment, le géant se réveilla et s'assit.
" Qui es-tu ? interrogea Thor
- Mon nom est Skrymir, répondit le géant. Je n'ai pas besoin de te demander le tien, car je sais qui tu es ; tu es Thor, de la race des Ases. Mais qu'as-tu donc fait de mon gant ?
"
Et, ce disant, il allongea la main et ramassa la salle dans laquelle ils s'étaient abrités. Thor vit alors qu'il s'agissait en réalité d'un gant, et que le bâtiment annexe, sur le côté, était le pouce.
Puis Skrymir leur demanda ce qu'ils faisaient là, au pays des géants, et Thor lui dit qu'ils allaient à Utgard, rendre visite au roi.
" Je vais dans la même direction, déclara le géant. Faisons route ensemble. "
Thor accepta ; sur quoi Skrymir fit un ballot de tout leur bagage et le jeta sur son épaule. Puis ils se mirent en route à travers la forêt, mais les enjambées du géant étaient si longues que les autres avaient quelque peine à le suivre.
A la tombée de la nuit, ils s'arrêtèrent pour se reposer sous un chêne et Skrymir leur demanda de s'occuper eux-mêmes de leur dîner ; quant à lui, déclara-t-il, il n'avait pas faim et voulait dormir. Et sans plus attendre, il s'allongea sous l'arbre et se mit à ronfler de bon cœur.

Thor prit alors le ballot contenant leur bagage, pour défaire les nœuds et sortir leurs provisions. Mais il eut beau essayer, il n'y parvint pas. Il se mit dans une effroyable colère, saisit son marteau à deux mains, se dirigea vers le géant endormi et lui asséna un terrible coup sur la tête.
Skrymir se retourna en murmurant qu'une feuille avait dû tomber d'un arbre et le déranger dans son sommeil. Puis il vit Thor et demanda s'ils avaient déjà mangé leur dîner. Thor répondit qu'ils ne se sentaient pas en humeur de dîner pour le moment. Alors le géant se rendormit, et bientôt la forêt résonna de ses ronflements.
Thor et ses compagnons s'allongèrent aussi et essayèrent de dormir ; mais ils n'y arrivèrent pas. A la fin, exaspéré au-delà de toute limite, Thor se leva et retourna auprès du géant. Il leva son marteau et l'abattit de toutes ses forces sur le haut du crâne de Skrymir, tant et si bien que le marteau s'y enfonça.
Mais le géant se réveilla et dit : " Que se passe-t-il donc ? Je suis sûr qu'un gland est tombé du chêne sur ma tête. Mais toi, Thor, mon ami, comment vas-tu ? N'as-tu pas dormi ? "
Thor répondit aussitôt : " Je viens de me réveiller. Mais il fait toujours nuit et nous pouvons encore dormir. " Et il se rallongea une fois de plus.

Bientôt le géant ronfla plus fort que jamais et Thor décida qu'il allait l'empêcher une fois pour toutes de troubler son repos. Prenant son marteau à deux mains, il le balança très haut au-dessus de sa tête et l'abattit de toutes ses forces sur l'une des énormes tempes du géant, de sorte qu'il s'y enfonça jusqu'au manche. Skrymir s'assit à nouveau, se frotta la tête et observa : " Il doit y avoir des oiseaux dans ce chêne. Et ils ne s'arrêtent pas de faire leur nid car une ramille m'est tombée sur la tête. Mais je vois que tu es réveillé, ami Thor. Je pense qu'il est temps pour nous de nous lever et de nous remettre en route ; cependant, nous ne sommes plus bien loin de la cité d'Utgard et du palais de notre roi. Figure-toi, ajouta le géant, que ceux d'Utgard m'appellent " un petit bonhomme ", mais là-bas, tu verras des gaillards de belle taille. Suis mon conseil : quand tu arriveras, prends garde de ne pas trop te vanter, car Utgardloki et sa cour ne peuvent supporter la moindre fanfaronnade, et surtout pas venant de petits nabots de ton espèce. Au fond, tu serais bien inspiré de retourner sur tes pas pendant qu'il est encore temps ; mais si tu es décidé à continuer, alors dirige-toi vers l'est, car c'est là que nos chemins doivent se séparer."
Skrymir lança de nouveau le balot sur son épaule et se mit en route sans faire d'autres adieux. Thor et ses compagnons prirent la direction de l'est ; ils arrivèrent au bout de la forêt et aperçurent une grande plaine qui s'étendait devant eux. Au loin ils pouvaient voir la ville, entourée par une muraille si haute qu'elle semblait atteindre les nuages. Cependant il y avait une porte dans cette muraille, et Thor se dirigea hardiment vers elle à travers la plaine, suivi par les deux autres.

Quand ils atteignirent enfin la porte, ils la trouvèrent fermée avec des verrous et une grosse barre ; ils eurent beau crier qu'on leur ouvre, personne ne vint répondre à leur appel. Ils réussirent néanmoins à entrer en se faufilant à travers les barreaux ; et c'est ainsi qu'ils se trouvèrent dans la ville.
Ils arrivèrent bientôt à une vaste salle dont les portes étaient toutes grandes ouvertes. Ils y pénétrèrent et virent des bancs rangés de chaque côté contre les murs. Ceux qui y étaient assis avaient une taille peu commune. Thor s'avança hardiment entre les rangées de géants jusqu'à ce qu'il arrive au trône de leur roi Utgardloki, qu'il salua sans la moindre crainte.
Le roi du Jotunheim attendit un moment avant de lui rendre son salut ; puis il sourit et dit :
" Fais-je erreur, ou ce moucheron est-il vraiment le puissant Thor d'Asgard ? Tu dois être beaucoup plus vigoureux que tu ne le parais, petit homme. Et il ajouta :Dis-moi ce que vous pouvez faire, toi et tes compagnons, car nul ne reste à ma cour s'il ne surpasse les autres par quelque talent."
Là-dessus, Loki - qui jusqu'alors s'était tenu en arrière - s'avança et dit : " Il est un divertissement où je puis défier n'importe qui : manger. Je parie que personne dans cette salle n'est capable de manger davantage ou plus vite que moi."
" Nous allons bien voir, " déclara Utgardloki, et il appela un géant nommé Logi, qui était assis tout au fond de la salle, et lui demanda de relever le défi.

Une auge en bois pleine de viande fut posée au milieu du plancher. Loki et Logi s'assirent à chaque bout de celle-ci. Puis, au signal du roi, ils commencèrent à manger, chacun partant de son extrémité et allant vers le centre.
Loki avait très faim ; comme les autres, il n'avait pas dîné la nuit précédente ; et en outre, il avait toujours un solide appétit. Néanmoins, Logi s'avéra un gros mangeur également et il sembla finalement qu'aucun ne l'emporterait sur l'autre, car ils se rencontrèrent exactement au milieu de l'auge. Mais alors que Loki avait mangé toute la viande et les os avec, on s'aperçut que Logi, lui, avait mangé la viande, les os et aussi la moitié de l'auge en bois. Il fut en conséquence déclaré vainqueur.
Le roi des géants demanda alors quels autres exploits les Ases pouvaient accomplir et jeta un coup d'œil sur Thialfi. Le jeune garçon déclara qu'il n'appartenait pas à la race des Ases, mais n'était qu'un simple mortel du Midgard. " Pourtant, je sais courir vite ", ajouta-t-il.
" Alors, tu courras ", ordonna le roi, et il appela un adolescent appelé Hugi et lui demanda de faire la course avec Thialfi.
Ils devaient courir trois fois jusqu'à un but désigné et revenir dans la salle. Utgardloki donna le signal et la course commença.
Lorsque Thialfi atteignit le but pour la première fois, Hugi était déjà revenu et repartait.
La deuxième fois, quand Hugi arriva dans la salle, Thialfi se trouvait presque à une portée de trait derrière lui.

" Tu dois faire mieux que cela si tu veux gagner, Thialfi ! " lui cria le roi.
Ils firent la course une troisième fois et Hugi atteignit le poteau d'arrivée alors que Thialfi n'était qu'à mi-chemin.
Le roi se tourna vers Thor et dit : " J'ai beaucoup entendu parler de tes hauts faits, Thor d'Asgard. J'ose espérer que tu surpasseras tes compagnons. Dans quel domaine veux-tu te mesurer à nous ? "
Thor répondit : " Je suis prêt à boire mieux que quiconque. "
" Qu'il en soit ainsi ", dit le roi et il appela son page et lui demanda d'apporter la grande corne à boire, utilisée par ceux qui avaient perdu un gage. " Vider cette corne d'un seul trait peut être tenu pour un exploit, déclara-t-il. Certains la vident en deux gorgées ; mais il n'est ici buveur assez piètre pour n'être capable de la vider en trois. "
Thor examina la corne et il lui sembla qu'il en avait vu de plus grosses, bien que celle-ci fût à la vérité assez longue. Il avait très soif, aussi éleva-t-il la corne jusqu'à ses lèvres pour avaler une grande gorgée, doutant qu'il en fallût une deuxième pour la vider. Cependant, lorsque, la respiration lui manquant, il abaissa la corne, on eût dit que le niveau du breuvage avait à peine changé.
" C'était là une belle gorgée, mais sans rien d'extraordinaire, observa Utgardloki. Je dois reconnaître que j'attendais davantage du puissant Thor. Mais je suppose que tu as l'intention de vider la corne à la deuxième gorgée. "

Thor ne répondit rien. Il souleva de nouveau la corne et but profondément et longtemps, mais s'aperçut qu'il ne pouvait en élever le bout aussi haut qu'il l'aurait voulu. Quand il l'abaissa enfin et regarda à l'intérieur, il vit que le niveau du breuvage se trouvait un peu au-dessous du bord cette fois, mais qu'il en restait encore beaucoup dans la corne.
" Que signifie cela ? s'exclama Utgardloki. Je crois maintenant que tu n'as même pas essayé, Thor, mais que tu gardes le breuvage pour la troisième gorgée. Ou bien se pourrait-il que tu ne sois pas du tout le gaillard que l'on prétend ? "
Thor maintenant était furieux. Il éleva de nouveau la corne et aspira autant de liquide qu'il put, tant et si bien que le souffle lui manqua et qu'il défaillit presque. Le niveau du breuvage avait cette fois notablement baissé ; mais bien que la corne ne fût toujours pas vide, Thor déclara qu'il ne voulait pas boire davantage.
" Eh bien, je vois que tu n'es pas le champion que nous imaginions, dit le roi des géants. Peut-être désires-tu nous défier dans quelque autre divertissement ?
- On n'aurait pas pris mes gorgées pour de petites gorgées chez les Ases, admit Thor. Quel autre divertissement me proposes-tu ?
- Les gamins d'ici s'amusent parfois à soulever mon chat du plancher,
répondit Utgardloki. Je n'oserais te le suggérer, si ce n'était pour me rendre compte par moi-même du pauvre être débile que tu es. "

Thor ne répondit rien à ces paroles ironiques. Il jeta un coup d'œil sur le chat qui trottinait au milieu de la salle. Il était de couleur grise et assez gros, mais Thor se dit qu'il n'aurait pas grand mal à le porter. Il se dirigea vers lui, mit les deux mains sous son ventre et commença à le soulever. Mais plus il le soulevait, plus le chat bombait le dos, si bien que même en y mettant toutes ses forces, Thor arriva tout juste à arracher l'une de ses pattes du plancher.
" Je n'en attendais pas davantage, dit Utgardloki. Le chat est assez grand et Thor est plutôt petit, comparé à nous. "
Thor était maintenant dans une rage folle. " Je suis peut-être petit à vos yeux, s'écria-t-il, mais que l'un de vous se mesure à la lutte avec moi ! Vous verrez alors si je suis le moucheron pour lequel vous me prenez ! "
" Cela me semble difficile à organiser, dit le roi. Je crains que personne dans cette salle ne juge digne de lui de lutter avec un petit avorton comme toi. Mais attends un peu, ajouta-t-il. Il y a ma vieille nourrice, Elli. Cela pourrait l'amuser de mesurer ses forces contre Thor d'Asgard. "
Aussitôt on appela Elli et une vieille femme entra clopin-clopant dans la salle. Elle s'agrippa à Thor et un moment ils luttèrent d'avant en arrière ; mais plus il pesait sur elle et plus elle semblait solide sur ses jambes. Enfin, elle repoussa Thor en arrière si vigoureusement qu'il tomba sur un genou. Utgardloki lui ordonna de lâcher prise, de crainte qu'elle ne blessât Thor.
" Toi et tes amis, vous ne nous égalez en rien, Thor, déclara-t-il. La nuit est avancée maintenant, aussi vais-je vous accorder l'hospitalité jusqu'à l'aube, mais alors vous devrez repartir tous les trois. "

Thor et ses compagnons furent donc royalement fêtés par Utgardloki tout le reste de la nuit.
Au matin, quand ils eurent déjeuné, le roi en personne les accompagna aux portes de la ville pour leur souhaiter bon voyage.
" Allons, Thor, dit-il, que penses-tu de l'issue de ton expédition chez nous ? As-tu au moins rencontré quelqu'un de plus puissant que toi, de plus puissant que les Ases de l'Asgard ?
- Je ne puis prétendre avoir acquis beaucoup d'honneur parmi vous,
admit Thor, et j'éprouve une grande tristesse à l'idée que désormais tu continueras sûrement à me traiter d'avorton.
- Maintenant que tu te trouves sain et sauf à l'extérieur de la porte de ma ville, je puis te dire la vérité, déclara le roi des géants. La vérité est que, si j'ai mon mot à dire en la matière, tu ne pénétreras jamais ici une seconde fois. J'affirme que je ne t'aurais jamais laisssé entrer la première fois si j'avais su comme tu étais fort et prévu que tu serais sur le point de nous anéantir tous.
- Eh quoi, te moques-tu de moi ?
s'écria Thor avec colère.

- Nullement, répondit le roi. Toi et tes amis vous avez été le jouet d'une illusion dès le moment où nous nous sommes rencontrés dans la forêt pour la première fois. Car j'étais le géant Skrymir qui vous a rejoints en route. Quand tu n'as pas pu dénouer le ballot de provisions, c'était parce que je l'avais atttaché avec des liens de fer magiques. Puis il y a eu les trois coups de marteau que tu m'as donnés, dont le moindre aurait mis fin à mes jours s'il avait atteint son but ; mais j'avais disposé une montagne en guise d'obstacle, et si tu regardes là, tu verras trois profondes vallées qui sont les brèches faites par ton marteau.
" Quant aux épreuves imposées à toi et à tes compagnons dans mon palais, je te dirai ceci : il n'est pas étonnant que Loki d'Asgard ait été battu par mon Logi quand il s'est agi de manger ; car Logi, qui a mangé la viande, les os et l'auge elle-même, n'était autre que le Feu lui-même, qui mange tout ce qui se trouve sur son passage. Et Hugi, qui a couru plus vite que ton serviteur Thialfi, était la Pensée, que rien ne peut dépasser. Ensuite, quand tu as bu dans ma corne, son autre extrémité trempait dans l'Océan. Or tu as aspiré le breuvage avec tant de force que les mers se sont retirées des rivages tout autour du monde ; et cela s'appellera le reflux des marées. Jormungand, qui encercle la terre tout entière avec sa queue. Tu l'as soulevé si haut qu'il a presque touché les cieux et que nous avons tous tremblé à cette vue."
" En dernier lieu, ma vieille nourrice Elli, qui a combattu contre toi et t'a obligé à mettre un genou en terre, n'était autre que la Vieillesse, à laquelle nul, finalement, ne peut résister. "

A ces mots, Thor saisit son marteau et le brandit pour frapper le géant. Mais Utgardloki disparut au même instant, et sa ville et ses habitants également. Tout ce que Thor, Loki et Thialfi pouvaient voir désormais, c'était une vaste plaine déserte qui s'étendait au loin devant eux.
Alors, ils firent volte-face, se remirent en route et ne s'arrêtèrent plus avant d'être arrivés en Asgard.

Et ce fut ainsi que se termina l'expédition de Thor au pays des géants.



233443 visiteurs depuis le 20 septembre 2003

et la saga des connexions continue...