J'aime la Scandinavie pour la vie
Voyage en drakkar pour aller en Scandinavie

sommaire odin retour

Les énigmes de Gestumblindi


Heidrek était le nom d'un roi du pays des Goths. D'une grande sagesse, il avait à sa cour plusieurs juges qui tranchaient tous les litiges survenant entre ses sujets.
Heidrek faisait des sacrifices au dieu Freyr. Il lui consacra le plus gros sanglier jamais abattu sur ses terres ; on le tenait en si grand honneur que tous les serments concernant les affaires importantes étaient prononcées au-dessus de sa dépouille. Une veille de Noël, le sanglier fut apporté dans la salle du trône et les hommes prêtèrent serment en posant les mains sur ses rudes soies.
Le roi Heidrek jura que, quelque tort que quiconque ait pu lui causer, à n'importe quelle époque, si jamais cet homme tombait entre ses mains, il laisserait ses juges se prononcer sur leur différend. Il jura en outre que si son adversaire arrivait à lui poser une devinette à laquelle il serait incapable de répondre, alors il repartirait entièrement libre. Il faut dire que si beaucoup avaient essayé, nul n'avait jamais réussi à poser une devinette à laquelle le roi ne pût répondre.
Or, il y avait au pays des Goths un homme fort riche qui était tombé en disgrâce. Il s'appelait Gestumblindi, et le roi Heidrek lui fit dire de venir immédiatement à la cour, sans quoi il enverrait des hommes le chercher de force.

Gestumblindi ne fut pas peu effrayé par ce message, car il doutait de se tirer à son avantage d'un entretien avec le roi. En outre, il craignait de se trouver en mauvaise posture s'il tombait aux mains des juges royaux, car ses méfaits étaient nombreux et graves. Mais s'il refusait d'aller à la cour, il savait qu'il lui en coûterait la vie. Il fit donc des sacrifices à Odin, lui promettant de riches présents en échange de son aide.
Un soir, quelques jours plus tard, un voyageur se présenta chez lui. Cet homme déclara qu'il se nommait Gestumblindi ; et en vérité, ils se ressemblaient tellement tous les deux que nul n'aurait pu les distinguer. L'étranger dit alors qu'il allait affronter le roi Heidrek à la place de son hôte. Ils échangèrent leurs vêtements et le nouveau Gestumblindi se mit en route.
Quand il fut en présence du roi, Heidrek lui jeta un coup d'œil, mais ne dit rien.

Gestumblindi déclara :
" Je suis venu ici, seigneur, pour faire la paix avec toi.
- Accepteras-tu le jugement de mes sages ?
interrogea le roi.
- Ai-je un autre choix ? "
demanda Gestumblindi.
- Le roi répondit : " Tu peux me poser des devinettes si tu veux. Si je suis incapable de répondre à l'une d'entre elles, tu repartiras libre.
- Je ne suis pas très habile dans ce genre de chose. Le choix est bien difficile à faire,
dit Gestumblindi.
- Préfères-tu le jugement, alors ?
fit le roi.
- Non, j'essaierai plutôt les devinettes.
- Très bien,
accorda le roi. Mais souviens-toi que ta tête est en jeu. Jusqu'ici, jamais nul n'a pu me battre à ce jeu. "

On apporta un fauteuil pour Gestumblindi, et les courtisans s'assemblèrent autour d'eux pour écouter.

Gestumblindi commença :
" Vais-je avoir maintenant
ce que j'ai eu hier ?
Trouveras-tu ce que c'était ?
Cela assomme les gens,
fait trébucher les mots,
fait naître les mots.
Roi Heidrek, devine mon énigme.

- Je t'ai devinée,
répondit le roi. Qu'on lui donne de la bière. Elle assomme l'esprit des gens et fait trébucher leurs mots, mais en pousse certains à trop parler. "

On apporta de la bière à Gestumblindi. Il continua :
" Quelle était la boisson
que j'ai bue en chemin ?
Ni vin ni eau,
ni hydromel ni bière,
elle a pourtant étanché ma soif.
Roi Heidrek, devine mon énigme.

- Je l'ai devinée,
répondit le roi. En chemin, tu t'es reposé à l'ombre et tes lèvres ont été humectées de rosée. Tu es moins sot que je ne le supposais, Gestumblindi, mais continue. "

Gestumblindi poursuivit :
" Il a la voix perçante
et foule une dure route
qu'il a déjà souvent parcourue.
Ses baisers sont rudes ;
Il a deux bouches
Et marche sur un plancher d'or.
Roi Heidrek, devine mon énigme.

- Je l'ai devinée,
répondit le roi. C'est un marteau d'orfèvre qui résonne bruyamment quand il frappe l'enclume qui est sa route. "

Gestumblindi déclara :
" Quel est ce grand personnage
qui passe au-dessus du sol ;
il engloutit lacs et marais
et craint le vent
mais aucun homme
et fait du tort au soleil ?
Roi Heidrek, devine mon énigme.

- Je l'ai devinée,
répondit le roi. C'est le brouillard, qui cache le soleil, et aucun homme ne peut lui faire de mal, mais le vent le chasse. Tes énigmes sont habiles, Gestumblindi, et je commence à me demander qui tu es. "

Gestumblindi continua :
" Quel est ce grand personnage
qui en gouverne un grand nombre
et regarde à demi en enfer ;
blesse la terre,
mais sauve les hommes
s'il a un ami fidèle ?
Roi Heidrek, devine mon énigme.

- Je l'ai devinée,
répondit le roi. C'est une ancre avec un câble solide. Elle gouverne de nombreux navires ; elle a une patte enfoncée en terre et dirigée vers l'enfer et elle sauve quantité d'hommes. Je m'émerveille cependant de ton esprit et de ta sagesse. "

Gestumblindi poursuivit :
" Qui demeure sur les hautes crêtes ?
Qui tombe dans les profondes vallées ?
Qui vit sans respirer d'air ?
Qui n'est jamais silencieux ?
Roi Heidrek, devine mon énigme.

- Je l'ai devinée,
répondit le roi. Le corbeau vit sur les hautes crêtes, la rosée tombe dans les profondes vallées, le poisson vit sans respirer d'air et la cascade qui gronde n'est jamais silencieuse. "

Gestumblindi continua :
" Quelle est cette merveille
que j'ai vue au-dehors,
aux portes du Jour ?
Sa tête est braquée vers l'enfer
et ses pieds vers le soleil.
Roi Heidrek, devine mon énigme.

- Je l'ai devinée,
répondit le roi. C'est un poireau, dont la tête est dans la terre et les feuilles dans l'air. "

Gestumblindi poursuivit :
" Quelle est cette merveille
que j'ai vue au-dehors,
aux portes du Jour ?
Un sanglier noir
Vautré dans le fumier,
Mais il n'avait pas de soies sur le dos.
Roi Heidrek, devine mon énigme.

- Je l'ai devinée,
dit le roi. C'était l'insecte appelé bousier. Mais tu dois en arriver à la fin de tes énigmes s'il te faut recourir aux bousiers !

- Mieux vaut différer les catastrophes, et je ne puis que faire de mon mieux ",
répliqua Gestumblindi.

Et il ajouta :
" Quelle est cette merveille
que j'ai vue au-dehors
aux portes du Jour ?
Elle avait huit jambes
et quatre yeux
et les genoux par-dessus le ventre.
Roi Heidrek, devine mon énigme. "

Le roi répondit : " Comme tu as ton chapeau rabattu devant les yeux, tu regardes davantage à tes pieds que la plupart des hommes. C'était une araignée. "

Gestumblindi continua :
" Quelles sont ces créatures
qui massacrent sans arme
autour de leur seigneur ?
Les plus sombres défendent
Chaque longue journée,
Tandis que les plus clairs les défient.
Roi Heidrek, devine mon énigme.
- Ce sont les pièces du jeu d'échecs,
répondit le roi. Elles s'entretuent sans armes. "

Gestumblindi poursuivit :
" Quelles sont ces sœurs en plein essor
qui passent au-dessus de nos têtes ?
Les mois d'hiver,
elles portent des boucliers blancs,
mais des noirs en été.
Roi Heidrek, devine mon énigme.

- Ce sont les perdrix des neiges. En hiver, leur plumage est blanc, mais en été, il est noir. "

Gustumblindi continua :
" Quelles sont ces épousées
qui portent des chemises d'écume
et traversent le fjord ?
Elles ont de blanches guimpes
mais un lit bien dur.
Roi Heidrek, devine mon énigme.

- Ce sont les vagues, que l'on appelle les filles d'Aegir,
répondit le roi. "

Gestumblindi poursuivit :
" Quatre vont d'un pas tranquille
et quatre pendillent :
deux montrent le chemin
et se défendent des chiens ;
une pend à l'arrière
bien souvent sale.
Roi Heidrek, devine mon énigme.

- Je l'ai devinée,
répondit le roi. C'est une vache. "

Gestumblindi continua :
" J'ai vu en été,
au couché du soleil,
les hommes du roi
qui festoyaient.
Tous les comtes buvaient
en silence leur bière,
mais le tonneau
braillait à tue-tête.
Roi Heidrek, devine mon énigme.

- Je l'ai devinée,
répondit le roi. Le tonneau est ma truie et les hommes du roi sa portée. Les petits se taisent en buvant, mais elle pousse des cris perçants. Néanmoins, je ne sais pas quelle sorte d'homme tu es pour tant retirer de si peu de chose. "

Et furtivement, il fit signe à ses hommes de verrouiller les portes de la salle du trône.

Gustumblindi poursuivit :
" Quels sont ces deux-là
qui ont dix pieds,
trois yeux
et une queue ?
Roi Heidrek, devine mon énigme.

- Je l'ai devinée,
répliqua le roi. Tu ne négliges rien pour l'emporter sur moi. Ces deux-là sont Odin et son cheval Sleipnir. "

Alors Gestumblindi déclara :
" Dis-moi enfin,
Heidrek, si tu es
le plus sage des hommes,
ce que Odin a murmuré
à l'oreille de Balder
avant qu'il ne fût transporté
sur le bûcher funéraire. "

Le roi répondit : " Un seul le sait, et c'est Odin lui-même ! " et à ces mots il dégaina son épée Tyrfing et voulut en frapper Gestumblindi. Mais Gestumblindi se transforma en faucon et s'envola par la fenêtre. Cependant, l'épée du roi coupa net les plumes de sa queue et c'est pour cela que depuis les faucons ont la queue courte.

Quant à Odin, la réaction du roi le mit en fureur et la nuit même, il incita ses serfs à se révolter contre lui et à l'assassiner.



233443 visiteurs depuis le 20 septembre 2003

et la saga des connexions continue...