J'aime la Scandinavie pour la vie
Voyage en drakkar pour aller en Scandinavie

sommaire odin retour

La ballade de Thrym



Thor, fils de la Terre,
fut très irrité
un matin en se réveillant :
son marteau avait disparu
et bien en vain, partout il le chercha.
Dans sa barbe il fourragea,
ses cheveux il agita,
sous son lit il regarda,
mais le marteau n'y était pas.

Alors, il appela Loki,
le dieu rusé entre tous, et lui dit :
" Loki, prête-moi une oreille attentive.
Nul encore n'est au courant
dans le vaste monde
et au plus haut dans les cieux ;
à toi, je vais confier le secret :
mon marteau a été dérobé.
"

Tous deux ensemble se rendent
au jardin de la belle Freyja,
saluent l'épouse d'Odin
et lui demandent avec respect :
" O Freyja, daignerais-tu
nous prêter ton manteau de plumes
pour nous permettre de retrouver
le marteau magique de Thor.

- Je vous prêterais mon manteau
même s'il était d'or pur,
ou d'argent étincelant
",
répondit la noble Freyja.

Comme un oiseau rapide,
Loki, à tire-d'aile, s'envola
de la seigneurie d'Asgard.
Il arriva finalement,
frémissant de toutes ses plumes,
au lointain pays des géants.

Là, trônait le géant Thrym,
seigneur de tous les trolls,
qui met au coup de ses chiens
des colliers d'or fin
et peigne la crinière
de ses étalons fougueux.

Thrym :
" Comment vont les Ases ?
Comment va le peuple des Elfes ?
Et toi, Loki, que fais-tu donc
tout seul dans mon pays ?

Loki :
- Les Ases vont bien mal.
Le peuple des Elfes ne va pas mieux.
Réponds, est-ce toi qui as caché
le marteau magique de Thor ?
"

Thrym :
" Oui, le marteau de Thor,
c'est bien moi qui l'ai caché ;
à huit brasses de profondeur
dans la terre il gît.
Nul ne le retrouvera,
ni chez Thor ne le rapportera,
s'il ne me ramène la belle Freyja
dont je veux faire mon épouse.
"

A tire-d'aile Loki s'envola
et quitta le pays des géants,
frémissant de toutes ses plumes,
ne prenant pas le moindre repos,
il arriva finalement
devant les murailles de l'Asgard.
Thor, immédiatement,
se dirigea vers lui
et lui demanda
d'un ton impatient :

" Cher Loki, ton expédition
n'a-t-elle pas été inutile ?
Quelles nouvelles
me rapportes-tu ?
Parle sur-le-champ,
car le voyageur reposé
peut faire un rapport erroné
et le traînard a le temps
de broder des récits mensongers.

- O Thor, mon expédition
n'a pas été inutile.
C'est Thrym, seigneur des trolls,
qui a volé ton marteau.
Et nul ne le retrouvera,
ni chez toi ne le rapportera,
s'il ne lui ramène la belle Freyja,
dont il veut faire son épouse.
"

Aussitôt, ils vont trouver
Freyja, la noble déesse.
Et, avec grand respect,
Thor ainsi lui a parlé :
" Freyja, veux-tu préparer
tes vêtements de noces.
Tous deux ensemble nous partons
au lointain pays des géants
".

Freyja est indignée,
elle étouffe de rage ;
Le séjour des Ases
retentit de sa fureur.
Son cou se gongle,
son collier d'or éclate.
" Tu t'imagines sans doute
que j'ai tant besoin d'un époux
que je suis prête à le chercher
même au pays des géants !
"

Alors le Conseil des dieux
en hâte s'est rassemblé.
Les déesses ont délibéré.
Tous se sont interrogés
car il fallait retrouver le marteau.

Alors le dieu Heimdall,
le dieu de la lumière,
qui prévoit l'avenir,
s'avança et dit :

" O Thor, fils de la Terre,
en fiancée déguise-toi ;
à ton cou, mets le collier d'or ;
à ta ceinture, un trousseau de clefs ;
à ta taille, une jupe de femme ;
sur ta poitrine, une broche ciselée ;
sur tes cheveux, un diadème.
"

Mais Thor le puissant
se récria furieusement :
" Tous les Ases vont se moquer
si je me mets à porter
des vêtements de mariée !
"

Alors Loki, fils de Laufey,
fit d'un ton apaisant :
" O Thor, écoute-moi,
et calme ta fureur.
Si nous n'arrivons pas
à reprendre ton marteau,
les trolls s'empareront
d'Asgard et la garderont.
"


On habilla donc Thor
de vêtements de mariée ;
on mit à son cou
les perles d'or ;
à sa ceinture,
un trousseau de clefs ;
à sa taille, une jupe de femme ;
sur sa pointrine, une broche ciselée ;
sur ses cheveux, un diadème.

Alors Loki, fils de Laufey,
joyeusement s'écria :
" Je serai ton esclave fidèle !
partons ensemble sur-le-champ
au lointain pays des géants.
"

Dans les prés on va chercher,
pour les harnacher aussitôt,
les deux chèvres aux sabots légers.
Qu'elles vont vite, les chèvres de Thor !
sous leurs pieds jaillissent des flammes.
" Au galop ! rugit le fils d'Odin.
Nous allons au pays des géants !
"

Du haut de son trône, le seigneur des trolls
crie aux géants qui l'entourent :
" Debout, ô mes amis !
Quittez vos bancs.
Voici qu'on m'amène Freyja,
la belle fille de Njörd.
elle arrive de Noatun
pour devenir mon épouse.
J'ai de nombreuses génisses
aux cornes d'or ;
des bœufs noirs comme jais,
orgueil d'un géant ;
j'ai des bijoux précieux
et des perles en quantité.
Rien ne me manquait donc,
excepté la belle Freyja.
"

Au début de la soirée
ils sont arrivés ;
se sont assis pour souper,
à la table des géants.
Thor a dévoré un bœuf entier
et huit saumons frais.
Sans oublier les friandises
dont sont gourmandes les jeunes filles.
Il avait soif également
et a bu trois pots d'hydromel.

Thrym, le seigneur des trolls,
très surpris, s'est écrié :
" Depuis quand les jeunes mariées
se conduisent-elles de la sorte ?
Jamais je n'en vis une
qui mangeât davantage.
Jamais une jeune fille
devant moi n'a bu tant d'hydromel !
"

La fraîche servante
assise non loin du géant,
voyant son étonnement,
aussitôt lui a expliqué :
" Huit longs jours durant,
la belle Freyja a jeûné,
si grande était son impatience
d'aller au pays des géants.
"

Thrym le lourdaud se penche alors,
pour embrasser la mariée ;
elle fait un bond en arrière
jusqu'à l'autre bout de la salle.
" Or çà, pourquoi les yeux de Freyja
brillent-ils si farouchement ?
Ils semblent enflammés
d'une terrible colère.
"

La fraîche servante
assise non loin du géant,
voyant son étonnement,
aussitôt lui a expliqué :
" Huit longues nuits durant,
sans dormir elle est restée,
si grande était son impatience
d'aller au pays des géants.
"

Dans la salle est alors rentrée
la sœur de Thrym le géant ;
aussitôt, elle a demandé
le dot de la mariée :
" Donne un présent
d'anneaux d'or rouge,
si tu désires
gagner mon amitié
gagner mon amitié
et ma bonne volonté.
"

Puis, Thrym le géant,
seigneur des trolls,
fièrement a ordonné :
" Pour honorer la mariée,
que l'on apporte le marteau.
Que Mjollnir soit déposé
doucement dans son giron,
et que les serments les plus sacrés
nous unissent sur-le-champ.
"

Thor le puissant s'est mit à rire
quand il a senti le marteau Mjollnir
à nouveau dans sa forte main.
Il a d'abord frappé Thrym,
seigneur des trolls,
et puis il a assommé
tous les géants qui l'entouraient.

Il a tué la sœur du géant,
qui avait osé demander
la dot de la mariée.
Au lieu des anneaux d'or rouge,
elle a eu de terribles coups.
Puis Thor a enlevé
les vêtements qui l'affublaient
et, avec son marteau, il est retourné
en Asgard, la fière seigneurie.




233380 visiteurs depuis le 20 septembre 2003

et la saga des connexions continue...